Les travailleurs de Lhoist acceptent l’accord mais restent amers

Ce lundi 13 janvier 2020, les travailleurs de l’entreprise Lhoist se positionnaient sur le plan social négocié par les organisations syndicales. Un accord a été trouvé, mais les travailleurs gardent un goût amer en bouche.

Plein écran
© Belga

Ce mardi, les représentants des travailleurs ont dépouillé les bulletins de vote. Résultat ? Les travailleurs acceptent le plan social à 71%. Mais les travailleurs ne sont pas pour autant satisfaits. “Bien que l’accord soit équilibré et permet aux travailleurs en fin de carrière de partir dignement, les représentants des travailleurs conservent une grande amertume”, explique la CSC. “Ils ne sont toujours pas convaincus par les arguments de l’employeur concernant l’obligation de réduire autant les effectifs.”

En effet, d’ici fin 2021, cent travailleurs perdront leur emploi. Pour une grande partie d’entre eux, cela passera par des régimes de fin de carrière, principalement par des départs en régime de chômage avec complément d’entreprise (RCC), mais personne ne sait si cela sera suffisant. “Il y aura plus que probablement de la casse sociale même si celle-ci sera limitée grâce au plan social négocié. Néanmoins, certaines familles restent dans l’inconnu”, regrette le syndicat chrétien.

En plus de la centaine de départs, il y a aussi une grande incertitude concernant l’organisation du travail future. Lors de la phase 1 de la Loi Renault, les représentants des travailleurs ont exprimé leurs inquiétudes concernant la nouvelle organisation du travail. Plusieurs semaines se sont écoulées et ils ne sont toujours pas rassurés.

Même si le climat social est beaucoup plus serein, les représentants des travailleurs restent sur leurs gardes. À partir du premier licenciement, plus aucun travailleur intérimaire ne pourra mettre un pied sur les différents sites. L’employeur a été prévenu, tant par les travailleurs que par l’expert SECAFI, que leur vision de l’avenir n’était pas la bonne. Si l’avenir devait donner raison aux travailleurs, la seule solution qui sera laissée à l’employeur sera d’engager (réengager) des travailleurs sous contrats stables.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région liégeoise.