Les travaux autour du CHU de Liège reportés à novembre

Alors que le CHU de Liège annonçait aux visiteurs le début des travaux autour du site du Sart-Tilman, ceux-ci ont été reportés.

Plein écran
Illustration. © CHU de Liège

Des travaux de réfection devaient débuter ce lundi 21 octobre, sur la N635. Dans leur deuxième phase, ceux-ci concernaient le boulevard de Colonster et devaient commencer simultanément à ceux du pont de Tilff (21 au 31 octobre). Ce qui posait un véritable problème, puisque ces deux chantiers auraient causé d’importants soucis de circulation autour du centre hospitalier universitaire. Mais, fort heureusement, suite à des échanges entre l’ULiège, le CHU et le SPW, les travaux du boulevard ont été reportés.

La deuxième phase, qui devaient débuter le 28 octobre et se terminer le 1er octobre, auraient rendu la circulation particulièrement difficile, puisque avec la fermeture du pont de Tilff, les automobilistes étaient invités à emprunter le boulevard de Colonster qui allait justement être en travaux. Des déviations supplémentaires auraient donc dû être mises en place, ce qui risquait de rendre impossible l’accès au CHU pendant trois jours. Sauf si les véhicules faisaient d’importants détours. Rien de ce que l’on souhaite lorsque l'on se rend à l’hôpital, donc.

Suite à la demande du site hospitalier du Sart-Tilman, le SPW a donc décidé de reporter les travaux du boulevard après la réouverture du pont de Tilff. “La deuxième phase des travaux devrait avoir lieu, sous réserve des autorisations nécessaires, du 4 au 7 novembre", indique le CHU sur Facebook.

  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.