Illustration.
Plein écran
Illustration. © EPA

Les voyageurs revenant d'une zone rouge peuvent désormais se faire tester sans ordonnance

Les voyageurs revenant d'un séjour en zone rouge, pour lesquels un test de dépistage et une période de quarantaine sont obligatoires, et les personnes en contact étroit avec un porteur du virus peuvent désormais se rendre directement dans un centre de tri ou dans certains laboratoires afin de réaliser un test PCR, en se munissant d'un code qui leur aura été transmis par SMS, selon une nouvelle procédure adoptée par Sciensano vendredi. 

  1. Méga-procès pour une vaste escroquerie dans le milieu des gens du voyage

    Mé­ga-procès pour une vaste escroque­rie dans le milieu des gens du voyage

    L'audience d'introduction dans une affaire d'escroquerie à grande échelle autour de ventes de véhicules se tiendra mercredi à 09h00 devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. C'est un méga-procès qui débute, avec 79 prévenus, mais cette première audience, qui aura lieu dans la salle des audiences solennelles de la cour d'appel, ne sera consacrée qu'à la fixation des dates pour les débats. L'enquête dans ce dossier avait mobilisé, en mai 2019, d'importants moyens policiers pour mener simultanément des dizaines de perquisitions, essentiellement au sein de la communauté des gens du voyage. En mars dernier, la chambre du conseil avait renvoyé en correctionnelle 79 des 80 inculpés.
  2. La fille du couple qui séquestrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipulatrice”

    La fille du couple qui sé­questrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipula­tri­ce”

    La condamnation à 15 mois avec sursis de D.D. et A.T., un couple de coiffeurs qui avaient enfermé leur stagiaire dans un grenier, continue d’agiter la commune de Tielt-Winge, en Brabant flamand. Certains sont encore sous le choc des faits qui se sont produits si près de chez eux, d’autres sont incrédules, les derniers sont révoltés contre le couple et estiment que la sanction est beaucoup trop légère. La mère et la fille de D.D., qui viennent d’ouvrir ensemble un salon de coiffure un peu plus loin dans la même rue, ont elles-mêmes du mal à juger de la situation. “Nous n’avons plus de contacts avec eux depuis sept ans, mais lui sera toujours le bienvenu chez nous”, résument-elles.