Liège : les zones 30 pourraient se généraliser d’ici 2025

Avec le projet Liège 2025, la Ville souhaite réduire la vitesse à 30 km/h dans certaines artères. À terme, les zones 50 km/h seront des exceptions dans une ville qui veut réduire les nuisances liées à la circulation à vitesse excessive.

Plein écran
Illustration. © Getty Images

En début de semaine, Willy Demeyer a présenté le projet Liège 2025 et exposé les quelque 137 actions prioritaires pour la ville. Parmi celles-ci, l’extension des zones 30 pour lutter contre la vitesse excessive dans certains quartiers liégeois. Des mesures ont déjà été prises, en août dernier, à Bressoux et au Longdoz, où la vitesse a été adaptée. Cette volonté de limiter la vitesse dans certaines artères de Liège, et non plus seulement aux abords des écoles, s’ancre dans une “volonté de pacification du centre-ville”, explique le bourgmestre liégeois. Quelques exceptions devraient rester à 50 km/h, voire même à 70 ou 80 km/h. 

Les bienfaits seraient multiples, puisque ces zones trente permettraient de réduire le bruit, mais aussi de diminuer la pollution dans le centre-ville de Liège. “La ville étant une cuvette, la pollution y est très importante. En réduisant la vitesse, cela permettrait de réduire les émissions de CO2. Mais, plus encore, cela permettrait de dissuader certaines personnes de venir en voiture”, expose Laurence Comminette, attachée au cabinet du bourgmestre. Demeyer souligne aussi le nombre trop important d’accidents et de blessés liés à la vitesse excessive. “Les dégâts sont moins importants lors d’un impact avec une voiture qui circule à 30 km/h qu’avec une qui roule à 50 km/h”, ajoute-t-il. 

Même si, à terme, l’intention est bien de généraliser les zones 30, Willy Demeyer précise que cette proposition, tout comme d’autres visant à améliorer la mobilité à Liège, sont toujours à l’étude. “La circulation en ville connait des moments difficiles, en ce moment, à cause, notamment, des travaux du tram. Il n’est pas temps d’ajouter des difficultés aux automobilistes”, précise le bourgmestre, fervent défenseur et utilisateur régulier des transports en commun.

Zone basse émission

Une zone de basse émission est aussi sur la table, comme à Bruxelles. Les véhicules les plus polluants ne pourraient peut-être bientôt plus circuler dans le centre. C’est en tout cas une idée qui est sur la table et qui rejoint la proposition du conseiller communal François Schreuer (Vega) d’interdire l’accès aux SUV dans le centre et dans la périphérie. Car il est vrai que ces 4x4 citadins, qui rencontrent un succès important, sont certainement parmi les véhicules les plus polluants actuellement.

Dans le projet de Liège 2025, il est aussi question de l’extension du piétonnier du centre-ville, en parallèle des travaux d’aménagement du tram. Un projet qui a fait parler de lui, à l’époque, surtout au sein des commerçants qui craignaient de voir leur clientèle aller ailleurs. Mais Willy Demeyer, qui revient après un infarctus qui l’avait écarté du monde politique depuis août, se dit prêt à défendre le projet d'apaisement du centre-ville.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.