Plein écran
"Nous ne voulons pas ce chiffon belge en arrière-plan" © VRT

Liesbeth Homans ne veut pas poser devant "le chiffon belge": “Une blague”

La toute nouvelle ministre-présidente flamande, Liesbeth Homans (N-VA), a refusé que le drapeau belge figure en arrière-plan de la photo de groupe au parlement flamand, après sa prestation de serment devant le Roi. 

"Nous ne voulons pas de ce chiffon belge en arrière-plan", aurait-elle déclaré, selon des propos rapportés par la VRT. "Une blague", s'est-elle ensuite défendue.

En 2016, Liesbeth Homans, alors ministre flamande des Affaires intérieures, avait déclaré qu'elle espérait que la Belgique n'existe plus d'ici 2025. 

Homans “touchée”

“Je ne suis pas pour les quotas et je plaide toujours pour le meilleur homme ou la meilleure femme à la bonne place. Mais en tant qu’historienne, je dois admettre que ça me fait quelque chose que mon nom apparaisse dans les livres d’histoire comme celui de la première ministre-présidente flamande”, a déclaré Liesbeth Homans alors qu’elle vient de remplacer à ce poste Geert Bourgeois, élu au Parlement européen.

Si elle est la première ministre-présidente au nord du pays, Liesbeth Homans ne fait pas figure de pionnière en Belgique: Laurette Onkelinx a en effet été ministre-présidente de la Communauté française en 1993 et Marie Arena a été désignée à la même fonction en 2004.

Plein écran
© Photo News

A peine sortie de l’hôpital à la suite de douleurs à la poitrine, Liesbeth Homans reprend donc provisoirement le flambeau de Geert Bourgeois alors que, de son côté, Bart De Wever a mis sur pause les discussions en vue de la formation du prochain gouvernement régional. “C’est logique. Ca ne me paraît pas mal d’attendre de voir ce qu’il va se passer au niveau fédéral, où un gouvernement sans majorité flamande pourrait être constitué. Nous ne voulons pas courir ce risque”, a-t-elle expliqué à ce sujet.

Selon Liesbeth Homans, le gouvernement flamand peut de toute façon continuer à fonctionner en attendant qu’un accord soit trouvé. “Nous avons toujours une majorité au parlement, ce qui nous permet de faire voter des textes. Nous avons bien collaboré pendant 5 ans et nous pouvons parfaitement continuer à travailler”, a-t-elle conclu. 

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News