Luc Hennart: "Anne Gruwez a été complètement instrumentalisée"

VideoSur les ondes de La Première ce mardi matin, Luc Hennart est revenu sur l'ordre qu'il a donné à Anne Gruwez de ne plus s'exprimer sur le documentaire "Ni juge, ni soumise." La juge d'instruction ne pourra pas non plus se rendre à la cérémonie des Magritte du cinéma, alors que le film est nommé dans la catégorie "Meilleur documentaire." "A un moment, elle a perdu la maîtrise", déclare le président du tribunal de première instance de Bruxelles à propos de sa collègue.

Nous vous en parlions ce lundi: Luc Hennart n'a pas vu d'un bon oeil la sortie l'année passée du documentaire "Ni juge, ni soumise", dans lequel on suit le quotidien de la juge d'instruction bruxelloise Anne Gruwez dans son travail. Ainsi, la magistrate est condamnée au silence depuis le mois d'avril après avoir reçu l'interdiction de son chef de corps de s'exprimer publiquement sur le film réalisé par Yves Hinant et de Jean Libon.

Censure?
Sur les ondes de la RTBF, qui a par ailleurs coproduit le documentaire, Luc Hennart justifie sa position et réfute toute censure à l'encontre de sa consoeur.

"On me présente aujourd'hui comme le prêtre de la censure, mais je vous mets au défi de trouver un collègue à qui, d'une manière ou d'une autre, j'ai interdit une intervention, de quelque ordre que ce soit. Je ne l'ai jamais fait, que du contraire", se défend le président du tribunal de première instance de Bruxelles.

Citation

"Elle a été complète­ment instrumen­ta­lisée et je crois qu'à un moment, elle a perdu la maîtrise"

Luc Hennart à propos de la prestation d'Anne Gruwez dans "Ni juge, ni soumise"

Il explique avoir été mis devant le fait accompli par les réalisateurs, à qui il avait autorisé le tournage d'un documentaire dont l'objet était "le quotidien d'un juge d'instruction." Or, la réalité entre la convention signée et ce qui apparait à l'écran est bien différente, estime Luc Hennart. "Après avoir vu les images, je ne peux que constater, et cela confirme ma décision prise à l'époque, que l'on parle de tout autre chose", dénonce-t-il en accusant les réalisateurs d'avoir "manqué de loyauté" à son égard.

Comme "un singe assis sur un orgue de barbarie"
Que reproche-t-il exactement au film et à la présentation qui est faite de la juge d'instruction? "J'ai beaucoup d'estime pour Anne Gruwez, une femme intelligente. Mais elle a été complètement instrumentalisée et je crois qu'à un moment, elle a perdu la maîtrise", pense Luc Hennart qui la compare à "un singe assis sur un orgue de barbarie." "Le documentaire est un prétexte pour mettre en scène un personnage, celui d'Anne Gruwez, dans tous ses états", regrette-t-il. 

Une prestation qui, selon Luc Hennart, ne reflète pas l'image de la justice belge et qui ne correspond pas à l'attitude d'un juge d'instruction dans l'exercice de son métier. "Ce qu'on met en évidence, ce sont les propos qu'elle tient", dit-il en faisant référence à la scène de l'exhumation d'un corps où l'on peut entendre Anne Gruwez, en tenue légère et sous une ombrelle rose, plaisanter sur la situation. (Lire la suite sous la photo).

Plein écran
© Kristof Vadino

Un comportement "abusif, absurde et dangereux"
Dans un entretien à La Libre Belgique, Manuela Cadelli, présidente de l'Association syndicale des magistrats, a sévèrement critiqué le comportement de Luc Hennart, qu'elle juge "abusif, absurde et dangereux." Elle s'étonne également qu'une personnalité juridique très médiatisée comme Luc Hennart empêche une consoeur de s'exprimer publiquement et sous-entend que ce dernier aurait "pris ombrage" de la soudaine célébrité d'Anne Gruwez.

"Elle n'a pas beaucoup d'égard pour la personne que je suis", répond Luc Hennart aux propos tenus par Manuela Cadelli. "Car si je devais prendre ombrage de ce genre de prestation, je serais moi-même d'une relative médiocrité", souligne-t-il.

Règlement de comptes politiques?
Luc Hennart, qui n'a jamais caché sa proximité avec le Parti socialiste, a-t-il voulu régler des comptes politiques avec Anne Gruwez, qui ne partagerait pas les mêmes opinions, comme le suppose également Manuela Cadelli? Là aussi, la réponse du magistrat fuse. 

"Manuela Cadelli fait allusion à l'Etat turc en guise de comparaison. Elle est coutumière du fait. Les excès dans les propos qu'elle peut tenir ne font plus mystère. Il y a une amorce dans la détérioration de l'image que doit renvoyer la justice à mes yeux. Manuela Cadelli prend la tangente et, comme elle en a l'habitude, saisit l'occasion pour avancer sur des terrains qui n'ont rien à voir", répond Luc Hennart.

Qu'adviendra-t-il d'Anne Gruwez si elle se rendait tout de même à la cérémonie des Magritte le 2 février prochain? "Si Anne Gruwez y va, on fera le constat et on verra bien ce que je déciderai par rapport à cela", conclut Luc Hennart.

Plein écran
Manuela Cadelli en 2015. © belga