Lucha Libro : les matchs de catch littéraire arrivent à Seraing

Vous connaissez très certainement la lutte mexicaine, aussi appelée “lucha libre”. Vous devez aussi avoir entendu parler des matchs d’improvisation. Mais connaissez-vous les matchs d’improvisation littéraire ? Le centre culturel de Seraing et l’association Art&Faq organisent, ce jeudi soir, le tournoi “Lucha Libro”.

Plein écran
Illustration. © Getty Images

Ce tournoi de catch littéraire est un concept assez fou né au Pérou, et réinventé au centre culturel de Waremme, qui a accueilli les deux premières éditions. Cette fois-ci, en collaboration avec l’association Art&Faq et son homologue waremmien, c’est au tour du centre de Seraing d’organiser ce rendez-vous littéraire.

Le principe est simple. Huit jouteurs séparés en deux équipes, et déguisés à la manière de catcheurs mexicains, inventent des histoires sur des thèmes et des catégories qu’ils découvrent en même temps que le public. Et à contrario de l’improvisation traditionnelle, ils pourront utiliser les objets qui feront partie du décor.

Événement littéraire oblige, l’arbitre donnera des contraintes d’écriture comme le genre de littérature, depuis le roman policier aux nouvelles érotiques, en passant par le conte. Le public doit, de son côté, voter pour son texte préféré.

Ce jeudi 21 novembre est le premier rendez-vous, mais certainement pas le seul, puisque les huit lutteurs s’affronteront à nouveau le 12 décembre et le 30 janvier, avant la grande finale du 22 février. Plus d'informations sur la page Facebook de l’événement.

  1. “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi
    Play
    mise à jour

    “Les femmes ne veulent plus ouvrir les jambes”: le chirurgien misogyne poursuivi

    L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes (IEFH) va se porter partie civile contre le chirurgien plasticien Jeff Hoeyberghs, dont les propos sexistes tenus lors d'une conférence du KVHV, une association étudiante flamande conservatrice, ont suscité l'indignation. "Les déclarations de Jeff Hoeyberghs incitent à la discrimination et à la haine contre les femmes. C'est la mission de l'institut d'intervenir", a fait savoir mercredi sa directrice adjointe, Liesbet Stevens. Le conseil social de l’université de Gand a quant à lui proposé la suspension provisoire du KVHV.