Plein écran
© Photo News

Luk Van Biesen, de l’Open Vld, remet en question le cordon sanitaire

Le député fédéral Open Vld Luk Van Biesen a ouvertement remis en cause le cordon sanitaire autour du Vlaams Belang. "Nous devons voir si cela est encore réalisable et utile à cette époque", a-t-il ainsi déclaré à la VRT.

D'après Luk Van Biesen, il n'est pas "mauvais" de parler avec le parti d'extrême droite. Le député semble vouloir se débarrasser du cordon sanitaire contre le Vlaams Belang. "Les constructions artificielles autour des partis et issues du passé n'existent que du côté de la droite. On ne peut pas ignorer les électeurs", estime-t-il.

Plus tôt dimanche, Eddy De Block (Open Vld), le frère de Maggie De Block, avait lancé un signal similaire. "Il n'y a qu'un seul moyen d'arrêter l'ascension du Vlaams Belang, c'est de laisser le parti gouverner", avait-il déclaré sur Radio 2 (VRT). 

“Ma vision personnelle”

L’ex- bourgmestre de Merchtem réalise bien qu'il ne sera pas suivi pour tout le monde dans sa réflexion. "C’est ma vision personnelle et je sais que tous les membres de mon parti ne seront pas du même avis. Mais compte tenu de mon indépendance, j'ose l'exprimer”.

Le président des jeunes du CD&V est, lui, d'un tout autre avis. "Je ne sais pas quel est le but de l'Open Vld mais, en ce qui me concerne, nous ne parlons pas avec le Vlaams Belang. Jamais", a ainsi réagi Sammy Mahdi, figure montante au sein du parti chrétien-démocrate flamand. Il était premier suppléant sur la liste de son parti à la Chambre dans la circonscription du Brabant flamand pour ce scrutin.

Plein écran
© BELGA
  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.