Plein écran
Maggie De Block © BELGA

Maggie De Block nuance: “Le Lucentis a coûté 50 millions, pas 500”

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, a rectifié mercredi les chiffres parus dans la presse à propos du coût du remboursement du Lucentis, un médicament utilisé dans le traitement de la dégénérescence de la rétine. Il n'est nullement question d'un demi-milliard d'euros qu'aurait supportés les caisses de la sécurité sociale mais de 51 à 57 millions d'euros en 2017 et 2018.

Après la parution de cette information, le cabinet de la ministre a recherché d'où l'estimation pouvait venir. Il s'agit manifestement d'une étude macro-économique couvrant toute l'Europe. À titre de comparaison, l'ensemble du budget médicaments des soins de santé tourne autour des 4 milliards d'euros, a fait remarquer Mme De Block, interrogée en commission de la Santé de la Chambre.

Effets secondaires 

La polémique est née de la décision de ne pas rembourser un médicament réputé meilleur marché contre la dégénérescence maculaire -l'Avastin- au profit du Lucentis, plus onéreux. La ministre a rappelé que la destination première de l'Avastin est le traitement de certains cancers. Un projet d'arrêté royal a été préparé en 2015 pour permettre son remboursement dans le cas de pathologies oculaires mais l'Agence Fédérale des Médicaments et Produits de Santé (AFPMS) a émis un avis négatif en raison des effets secondaires et des risques liés au reconditionnement du produit. Qui plus est, le laboratoire Roche n'a pas souhaité entamer de procédure pour obtenir l'enregistrement de son médicament dans le cas de pathologies oculaires.

Prix préférentiel

La ministre a obtenu une baisse de prix du Lucentis auprès de Novartis dans le cadre d'une procédure négociée. Elle s'est refusée à donner plus de précisions car ce type de contrat est soumis à une clause de confidentialité.
L'affaire est moins évidente que la présentation faite par la ministre, ont répliqué plusieurs députés de l'opposition.

La nébuleuse entente de Roche et Novartis

Roche est propriétaire de la société qui a développé Lucentis, et Novartis est le troisième actionnaire de Roche. En Italie, les deux sociétés ont été condamnées à une amende de 182 millions d'euros pour entente illicite en 2014. En 2015, Test-Achats a entamé une procédure similaire, toujours en cours. "Il ne s'agit pas d'un dossier comme les autres. L'absence de transparence dans un tel contexte suscite la méfiance et même la suspicion", a souligné Catherine Fonck (cdH).

Le PTB a réclamé que l'accord conclu pour le Lucentis soit rendu public. Le recours à la procédure négociée se multiplie, s'inquiète le PS. "Les conventions confidentielles ont explosé sous la législature passée", a affirmé Eliane Tillieux. 

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.