La ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block.
Plein écran
La ministre fédérale de la Santé publique Maggie De Block. © Photo News

Maggie De Block: “Tout cela doit rester vivable pour les gens”

La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) s'est prononcée jeudi contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux.

"Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, ndlr) reste vivable", a-t-elle plaidé jeudi soir lors du journal télévisé de la VRT, contredisant ainsi son collègue de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), qui n'avait pas exclu un peu plus tôt dans la journée que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose aux gens une restriction de distance pour les sorties en extérieur en raison de la pandémie de coronavirus.

"L'objectif, c'est que les gens n'aillent pas tous au même moment faire du vélo sur la digue", a illustré la libérale. Si l'on respecte bien les distances de sécurité inter-personnelles, "on peut alors rouler à vélo aussi loin qu'on veut. Mais je comprends que la police souhaite pouvoir contrôler tout cela", a-t-elle ajouté.

La ministre a également rappelé que marcher et faire du vélo étaient "bon pour la santé". "Dans d'autres pays, on ne peut parfois même plus sortir de chez soi. Nous voulons de notre côté que les gens aient toujours la liberté de bouger, de sortir avec les enfants, et de faire une balade à vélo.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.