Plein écran
© photo_news

"Magnette, c'est l'avenir"

Le secrétaire général de la FGTB, Robert Vertenueil, a pris dimanche position en faveur de Paul Magnette à la présidence du PS. Selon lui, il incarne l'avenir du parti socialiste.

"L'avenir, c'est Paul Magnette", a déclaré M. Vertenueil, invité du journal de RTL-TVi.

Le secrétaire général du syndicat socialiste a salué le travail réalisé par le président actuel, Elio Di Rupo. "Elio Di Rupo a fait un travail extraordinaire à la tête du PS", a-t-il dit, estimant qu'il devrait mettre son "expérience" au service de son successeur.

La question du renouvellement de la présidence du PS ne se posera -en principe- pas avant 2019. M. Di Rupo entend mener son mandat à son terme et aucune personnalité de premier plan du parti n'a réclamé son départ anticipé.

La FGTB souhaite une alliance des partis de gauche, dans lesquels elle inclut PS, Ecolo et PTB, afin qu'ils mènent une politique "progressiste". "La meilleure façon d'avoir une politique de gauche, c'est quand même de rassembler les partis de gauche", a dit M. Vertenueil.

La participation des communistes à une majorité serait une première en Belgique depuis l'après-guerre. Ceux-ci posent toutefois des conditions très strictes -voire intenables pour certains observateurs- au soutien à un exécutif. Le PTB serait-il donc prêt à répondre favorablement à l'appel de la FGTB? "C'est à lui de le dire. Je les appelle à former un gouvernement pour mener des politiques de gauche. C'est quand ils vont déterminer les politiques qu'ils voudront mener que l'on verra lequel est prêt à prendre ses responsabilités et à mener effectivement une politique progressiste", a expliqué le secrétaire général du syndicat socialiste.



  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.