Malgré le confinement, il y a toujours du monde dans les parcs: “On s'attend à la catastrophe ce week-end”

Clara est médecin à Bruxelles. En rentrant du travail, elle est passée devant le Bois de la Cambre et a découvert, avec stupeur et colère, que certains Belges n’avaient visiblement retenu des mesures de confinement que la partie qui disait qu’ils étaient autorisés “à prendre l’air”. 

Le Bois de la Cambre ce mercredi.
Plein écran
Le Bois de la Cambre ce mercredi. © Facebook

Sur Facebook, elle partage une photo du Bois de la Cambre rempli de gens profitant du soleil et pousse un coup de gueule. “Je suis sidérée. Voilà le bois de la cambre aujourd’hui. Idem dans les rues d’Uccle, BONDÉES comme un premier dimanche ensoleillé de vacances.”

“C’est super d’applaudir au balcon, continuez c’est un superbe geste symbolique et important mais par pitié, expliquez aux gens que ce n’est PAS des vacances, ce n’est pas drôle”, explique-t-elle. “C’est la crise, c’est la cata. Il va probablement y avoir des milliers de morts. On s’attend à la catastrophe ce week-end. C’est une courbe exponentielle. Ça veut dire que CHAQUE JOUR COMPTE avant un réel confinement. Et seul le confinement nous sauvera.”

Photo prise à Forest mercredi 18 mars.
Plein écran
Photo prise à Forest mercredi 18 mars. © Facebook Pierre Debroux

Elle rappelle: “Le virus est ultra contagieux, on sait aujourd’hui qu’1m50 ne suffit pas. RESTEZ CHEZ VOUS SVP.” Elle dit encore: “Les soignants en hôpital général sont déjà épuisés, en sous effectif et bcp sont déjà malades en quarantaine, les étages se vident pour se transformer en salle covid, et ça va s’empirer. Si on ne passe pas en confinement total, on en aura pour beaucoup plus qu’1 mois ou 2. Vous pouvez déjà annuler tout votre mois d’avril, voire mai.”

Elle répète: “Je suis en colère, épuisée et sidérée. On vit une pandémie. Pas “un mois de mars pas cool”.

D’autres internautes ont partagé des photos montrant que tout le monde n’a pas fait siennes les mesures du confinement, pourtant indispensables pour que la situation se calme rapidement.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.