Plein écran
© epa

Manifestation à Bruxelles pour la relocalisation des réfugiés en Europe

A l'approche du Conseil européen de jeudi et vendredi, quelque 500 manifestants se sont mobilisés lundi de 11H00 à 13H00, aux abords du rond-point Schuman à Bruxelles, dans le cadre de l'action "Let's bring them here", qui vise à rappeler aux Etats membres leurs engagements en matière de relocalisation des demandeurs d'asile. Parmi eux, plus de 300 conducteurs avaient fait le déplacement avec leur véhicule depuis une dizaine de pays, notamment les Pays-Bas, la France, le Luxembourg, l'Ecosse, l'Espagne, l'Irlande et l'Italie.

Plein écran
© epa
Plein écran
© epa
Plein écran
© photo_news

Le cortège de véhicules est parti du parking du Cinquantenaire et a rejoint le rond-point Schumann, où les conducteurs étaient accueillis par les manifestants, sur le terre-plein de la rue de la Loi, près de l'entrée du parc. Les copies des quelque 300 plaques d'immatriculation ont symboliquement été déposées devant les silhouettes des chefs d'état européens et du président du Conseil européen Donald Tusk.

300 conducteurs
"Les chauffeurs sont déterminés", indique David Méndez Yépez, coordinateur de l'action pour le CNCD 11.11.11.. "Ce n'est pas seulement un voeu pieux. C'est un engagement de citoyens qui se disent prêts à aller en Grèce si les Etats membres ne prennent pas leurs responsabilités. C'est un geste assez fort. L'Union européenne s'est engagée à relocaliser 160.000 demandeurs d'asile bloqués en Grèce et en Italie. Elle en a accueilli pour l'heure un peu plus de 13.000. A ce rythme-là, il lui faudra 18 ans alors qu'il lui reste 6 mois sur les deux ans prévus. Ces objectifs sont déjà très peu ambitieux et ils sont en train d'être revus à la baisse, en Belgique également. On demande aussi à l'Union européenne d'arrêter de conclure des pactes migratoires, comme avec la Turquie puis la Libye, car ces accords conditionnent l'aide au développement au fait de retenir les réfugiés chez eux".

"Let's bring them here" est une action initiée fin novembre dernier par des citoyens hollandais. Ils ont décidé de porter ce mouvement devant les institutions européennes, avec le soutien de la nouvelle Coalition pour la justice migratoire, qui regroupe entre autres le CNCD 11.11.11., Médecins du monde et Amnesty International Belgique Francophone.

  1. Child Focus lance une campagne choc contre la pédopornographie

    Child Focus lance une campagne choc contre la pédoporno­grap­hie

    Child Focus lance une campagne choc contre la pédopornographie à l'occasion de la Journée européenne pour la protection des enfants contre les abus sexuels, organisée le 18 novembre. L'organisation diffuse une vidéo qui est une reconstitution explicite d'abus sexuels sur un enfant, jouée par des adultes, afin de "créer un effet de choc, de briser les tabous autour de la problématique et de tirer la sonnette d'alarme".