Plein écran
© photo_news

Manifestation de sans-papiers devant le siège du MR à Bruxelles

Une cinquantaine de personnes sans-papiers ont manifesté jeudi en début d'après-midi devant le siège du MR à Bruxelles pour réclamer une régularisation.

Cette mobilisation a été organisée par la Coordination des sans-papiers, un mouvement qui regroupe plusieurs collectifs de personnes sans-papiers parmi lesquels le collectif des Afghans et la Voix des sans-papiers. Des membres de Students for Climate étaient également présents. Les manifestants scandaient des slogans du type "Qu'est-ce qu'on veut? Des papiers !" et arboraient des banderoles et pancartes avec des messages comme "On bosse ici. On vit ici. On reste ici.".

Le collectif déplore que les partis de la majorité fédérale sortante, comme le MR, soient réfractaires à l'idée de régulariser les sans-papiers et fustigent l'ancienne politique en la matière qu'il jugeait criminalisante pour les personnes concernées. 

Leurs membres exhortent le futur gouvernement à mettre en œuvre la déclaration d'André Henkes, le procureur général auprès de la cour de cassation. Lors de son discours de rentrée judiciaire, il a estimé que la loi belge du 15 décembre 1980, régissant l'accès au territoire, la résidence, l'établissement et l'éloignement des étrangers devait faire l'objet d'une refonte en profondeur. "C'est une demande au niveau bruxellois également", remarque Eva Maria Jimenez Lamas, représentante syndicale du Comité des Travailleurs avec et sans papiers de la CSC Bruxelles. "L'avis d'initiative du 16 juin 2016 demande d'intégrer les sans-papiers dans notre Etat de droit, l'avis d'initiative du conseil économique et social de la région bruxelloise. Il est important après 11 ans sans régularisation d'éviter le chaos. S'ils étaient régularisés, ce serait 59 millions d'euros par mois dans les caisses de l'Etat".

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.