Plein écran
Emmanuel Macron et Charles Michel seront à Louvain-la-Neuve ce mardi matin pour un débat sur l'avenir de l'Europe avec des étudiants. © photo_news

Manifestation étudiante à Louvain-la-Neuve avant l'arrivée de Michel et Macron

VideoUne dizaine d'étudiants manifestaient mardi matin à Louvain-la-Neuve, avant l'arrivée du président français Emmanuel Macron et du Premier ministre belge Charles Michel contre les politiques néo-libérales menées par leur gouvernement respectif, a constaté l'agence Belga.

Ces étudiants néolouvanistes se sont rassemblés devant l'Aula Magna, où les deux dirigeants doivent participer à un débat sur le thème "Nous, demain, l'Europe".

Porteurs de gants rouges, symbolisant des mains tachées de sang, ils entendent dénoncer les politiques menées par les gouvernement belge et français "et les dynamiques dans lesquelles elles s'inscrivent".

Selon ces étudiant(e)s, les politiques d'austérité des deux gouvernements, leurs traitements de la crise écologique, migratoire, leur régulation du marché du travail ainsi que des services sociaux leur mettent du sang sur les mains.

"Notre devoir de montrer dans quel monde nous souhaitons vivre"
"Nous savons que cette action peut en choquer certains. Notre but est de montrer que leurs politiques touchent des vraies personnes et qu'il faut cesser de compter en chiffres. En tant qu'étudiants, c'est aussi notre devoir de montrer dans quel monde nous souhaitons vivre", a déclaré l'une des porte-parole de l'action, Elisa Raman.

Selon elle, les politiques néo-libérales menées par les deux gouvernements touchent "l'ensemble de la population", dont les étudiants, les retraités, les travailleurs, les chômeurs qui "se retrouvent précarisés et défavorisés à cause de mesures telles que la loi ORE, le Jobdeal, ou encore les réformes prévues et en cours sur les retraites".

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Deux personnes inculpées de traitements inhumains sur un sexagénaire à Dampremy

    Deux personnes inculpées de traite­ments inhumains sur un sexagénai­re à Dampremy

    La belle-fille d'un sexagénaire et le frère de cette dernière ont été inculpés de traitements inhumains et dégradants sur J.B., âgé de 63 ans, à Dampremy, indique mercredi le parquet de Charleroi. La victime a subi différents sévices après avoir été recueilli chez son fils et sa belle-fille à la suite de thromboses. Elle devait en outre vivre en dehors de leur maison entre 6h00 et 22h00.
  3. Catastrophe ferroviaire de Buizingen: après la SNCB, Infrabel plaide à son tour l'acquittement
    Play
    Mise à jour

    Catastrop­he ferroviai­re de Buizingen: après la SNCB, Infrabel plaide à son tour l'acquitte­ment

    La société Infrabel a plaidé l’acquittement, mercredi, devant le tribunal de police de Bruxelles qui juge l’accident ferroviaire de Buizingen. Selon elle, ni la présence du système IOT ni une position de sécurité des aiguillages n’aurait permis d’éviter la catastrophe. La société s’estime donc non coupable. La SNCB, Infrabel et un conducteur de train sont prévenus pour avoir commis des fautes ayant conduit à l’accident, survenu le 15 février 2010.