Manifestation des syndicats ce lundi 6 décembre à Bruxelles.
Plein écran
Manifestation des syndicats ce lundi 6 décembre à Bruxelles. © BELGA

Manifestation nationale: environ 6.000 militants FGTB et CSC dans les rues de Bruxelles

mise à jourEnviron 6.000 militants des syndicats chrétien et socialiste étaient rassemblés dans les rues de Bruxelles lundi matin afin de manifester contre la loi sur la norme salariale, selon le décompte des deux organisations. Une loi ou un “carcan” qui, selon elles, empêche les salaires d’augmenter correctement. Les syndicats manifestent également contre les factures d’énergie élevées, les attaques contre l’indexation des salaires et la criminalisation des actions syndicales. Les militants entendent ainsi dénoncer la condamnation de 17 syndicalistes, dont le président de la FGTB Thierry Bodson, pour avoir bloqué un viaduc sur l’E40 à Liège il y a cinq ans.

  1. Drogue au volant: les chiffres explosent en Wallonie

    Drogue au volant: les chiffres explosent en Wallonie

    En Wallonie, trois jeunes conducteurs sur 10 (30%) prennent le volant sous l'influence de drogues, soit deux fois plus qu'il y a un an (15%). Et une majorité d'entre eux (64%) combinent drogues et alcool, ce qui accroît d'autant plus le risque d'accident. L'inhalation de gaz hilarant est également en augmentation, ressort-il mardi de la dixième enquête nationale annuelle d'insécurité routière de l'Institut Vias, pour laquelle 6.000 personnes ont été interrogées.
  2. Seulement 2,5 journées d’école en 50 jours suite à des quarantaines en cascade

    Seulement 2,5 journées d’école en 50 jours suite à des quarantai­nes en cascade

    Les règles d’isolement et de quarantaine sont le sujet numéro 1 des parents excédés à la sortie des écoles... du moins s’ils ont encore la “chance” de s’y rendre actuellement. Car s’ils jouent de malchance, les enfants contaminés se retrouvent parfois deux semaines cloîtrés à la maison, voire davantage. Et ce même s’ils sont restés en pleine forme, ou sont parfaitement rétablis depuis plusieurs jours. Certains parents se reconnaîtront même dans le cas malheureusement pas isolé de Klaas Geussens, un père dont les enfants sont scolarisés à Saint-Trond. Suite à des quarantaines en cascade, ses deux fils n’ont eu que 2,5 journées d’école en 50 derniers jours. Une situation qui a des répercussions évidentes sur les enfants, mais aussi sur leurs parents.