Marc Van Ranst.
Plein écran
Marc Van Ranst. © aa

Marc Van Ranst assure qu’“il n’y a pas de perspective pour les coiffeurs”, Georges-Louis Bouchez lui répond

Le comité de concertation a émis l’hypothèse vendredi dernier d’une réouverture des professions de contact, dont les coiffeurs, le 13 février prochain après une évaluation qui sera réalisée une semaine plus tôt. Selon Marc Van Ranst, l’espoir sera déçu. Le virologue est formel: “Il n’y a pas de perspective pour le moment”. Une sortie qui n'a pas du tout plu au président du MR, Georges-Louis Bouchez. 

  1. Marc Van Ranst: “C’est traître, car sous la surface de l’eau, les variants se multiplient”

    Marc Van Ranst: “C’est traître, car sous la surface de l’eau, les variants se multi­plient”

    Le virologue Marc Van Ranst avertit, comme de nombreux collègues, de l’arrivée d'une troisième vague du virus. “Ce qui est trompeur dans la situation actuelle, c’est qu’on ne voit pas encore vraiment cette vague poindre car elle est partiellement cachée juste sous la surface de l’eau”, résumait-il hier soir dans De Afspraak sur Canvas. La gouverneure d’Anvers, Cathy Berx, affirme elle aussi recevoir des signaux alarmants depuis la première ligne.
  1. Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans
    Guide-epargne.be

    Un livret d'épargne classique auprès d’une grande banque? Dans ce cas, le montant de vos épargnes ne sera doublé qu’au bout de… 636 ans

    Depuis un certain temps déjà, les taux d’intérêt sur nos livrets d’épargne sont fort bas. Avec le taux minimal légal pour les comptes d’épargne réglementés, appliqué par la plupart des grandes banques, vous devriez attendre 636 ans avant que le montant de vos épargnes ne soit doublé. Toutefois, ceux qui optent pour des produits d’épargne ou d’investissement plus rentables, pourraient parvenir à augmenter de 100% leur capital durant leur vie. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique comment ceci est possible.
  2. Marc Van Ranst et Geert Molenberghs: “Les coiffeurs? Sans ce variant, on aurait pu rouvrir, mais c’est infaisable”
    Interview

    Marc Van Ranst et Geert Molen­berghs: “Les coiffeurs? Sans ce variant, on aurait pu rouvrir, mais c’est infaisable”

    Le variant britannique cause actuellement 25% des contaminations dans notre pays. S’en prémunir n’est donc plus une option. Cette variante sera bientôt, chez nous aussi, la souche dominante du coronavirus, tandis que l’autre variante va s’éteindre. Le virologue Marc Van Ranst et le biostatisticien Geert Molenberghs expliquent à quoi nous attendre pour la suite. “Un géant s’endort et un autre se réveille. Et celui qui se réveille est plus grand que le précédent. Il est nécessaire d’agir”.