Plein écran
© thinkstock

Mariage sous tension à Aubange: la mariée gifle la bourgmestre

Ce qui suit est digne d'un soap américain...

Un couple devait normalement se marier dans l'intimité à la maison communale d'Aubange (province du Luxembourg) le week-end dernier. Malheureusement pour les deux tourtereaux, les choses ne se sont pas tout à fait passées comme prévu. Cette rocambolesque histoire nous est relatée par L'Avenir.

Nous sommes le samedi 5 juillet dernier. Il est dix heures du matin et un homme de 34 ans et une femme de 44 ans s'apprêtent à se dire "oui" pour la vie. Habillés pour la circonstance, ils arrivent à l'ancienne  maison communale d'Aubange seuls, sans témoins ni proches. Il y aura bien une fête mais celle-ci est prévue plus tard dans la journée.

Un premier écueil vient alors se poser devant eux: la porte de l'administration est fermée. L'homme appelle l'hôtel de ville d'Athus (une localité appartenant à Aubange, ndlr), la bourgmestre empêchée, Véronique Biordi, est en route, lui dit-on.

Un appel mystérieux
Ils attendent, on l'imagine quelque peu rassurés, mais en vain: personne n'arrive. Ils rappellent et l'administration communale explique que le futur marié aurait précédemment téléphoné pour reporter le mariage au 26 juillet. L'homme conteste véhément et le couple se rend à Athus pour obtenir une explication.

Là, la bourgmestre empêchée répète au couple avoir reçu un appel demandant le report du mariage. Le fonctionnaire aurait même reconnu la voix de l'intéressé. L'homme réfute encore et le ton monte petit à petit. La bourgmestre aurait même demandé aux futurs mariés "d'aller régler leurs problèmes de couple ailleurs". La remarque passe mal et la mariée, sans doute à bout de nerfs, craque: elle donne une gifle à Véronique Biordi, qui porte plainte.

Médiation et mariage reporté à samedi
Au lendemain de cet épisode douloureux, le couple retourne à la commune, accompagné cette fois du père du futur marié. Celui-ci avait déjà été appelé la veille par son fils pour l'aider à dénouer le micmac. Enseignant à la retraite, il a eu la bourgmestre d'Aubange comme élève. Cette dernière aurait reconnu ne pas savoir qui est l'auteur du coup de fil, selon lui. Mais qui donc a appelé la maison communale alors? S'agit-il d'une mauvaise farce? Les protagonistes doivent certainement encore se poser la question...

Quoi qu'il en soit, mardi en fin de matinée, la bourgmestre a accepté de rencontrer le couple pour une médiation. Les excuses de la future mariée n'ont cependant pas suffi à lui faire retirer sa plainte. D'abord reporté à mardi 9 heures - la bourgmestre faisant fonction s'est désistée lundi après-midi - , le mariage devrait "normalement" se tenir samedi prochain...