Françoise Labie et Philippe Valentin
Plein écran
Françoise Labie et Philippe Valentin © P. Bohy

Mariés depuis près de 50 ans, deux ex-profs de l’IND Loverval décèdent du coronavirus: “C’étaient des humanistes”

InterviewMême si la région de Charleroi n’est pas la plus touchée du pays par le coronavirus, elle compte plusieurs personnes contaminées. Certaines en sont même décédées. C’est le cas d’un couple bien connu dans les environs.

Philippe Valentin (76 ans) et Françoise Labie (79 ans) ont succombé au coronavirus. En couple pendant presque 50 ans, ils habitaient à Lodelinsart (Charleroi). Ils avaient enseigné tous les deux à l’Institut Notre-Dame de Loverval (Gerpinnes). “C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le décès de Philippe Valentin et Françoise Valentin-Labie, anciens professeurs de l’INDL. Un couple mythique qui a transmis son savoir à de nombreuses générations d’élèves...” a annoncé l’établissement scolaire via sa page Facebook.

Témoignages scolaires

Les témoignages à leur sujet n’ont pas manqué. Comme celui de Vincent Filbiche: “J’ai eu la chance d’avoir Françoise Valentin comme prof, la meilleure prof d’histoire que je n’ai jamais connue, qui nous mimait la Guerre des Gaules debout sur le bureau en brandissant une latte en guise de glaive. Une passionnée qui m’a fait aimer l’histoire et quelqu’un d’adorable, sévère mais toujours juste et que nous respections tous et adorions. Son mari je m’en souviens très bien aussi, même si je n’ai pas eu cours avec lui, très gentil et passionné lui aussi. Deux ‘grandes’ personnes qui ont marqué l’école et tous ceux qui les ont connus... Putain de virus... Mes sincères condoléances à leur famille et leurs proches.”

Hugues Dersin se rappelle particulièrement de Philippe Valentin: “Sincères condoléances à la famille. Monsieur Valentin, mon ancien professeur de grec. Un homme toujours très bien habillé, très classe avec votre foulard. Vous étiez une bonne personne, calme et intègre. Vous donniez vos cours de grec avec passion. Nous étions six ou sept avec vous en classe. Nous étions vos petits chouchous. Je n’oublierai jamais vos cours et les heures d’étymologie. Nous assistions à vos conférences. Merci pour toutes les connaissances que vous nous avez apportées.”

Hellénistes

Le couple uni jusque dans la mort n’a pas uniquement laissé des souvenirs à ses anciens élèves. Le directeur adjoint de L'École Nationale supérieure des Arts Visuels de ‘La Cambre’ et coordinateur au Collège Belgique à Charleroi, Kevin Saladé, le voyait, en moyenne, une fois par mois: “Philippe Valentin et Françoise Labie assistaient régulièrement à des conférences du Collège Belgique au Palais des Beaux-Arts. Ils participaient à de nombreuses activités culturelles à Charleroi. Ils étaient très ouverts. Ils s’intéressaient à tout: l’histoire, la politique...”

Mais c’est surtout pour leurs connaissances de l’histoire de la Grèce qu’ils étaient réputés: “En tant qu’helléniste, je fais partie de l’ASBL Alexandre Le Grand qu’ils ont fondée il y a plus de 30 ans. C’étaient de vrais amoureux de la Grèce Antique ou Byzantine. C’étaient vraiment les meilleurs spécialistes du pays. Chaque année, ils organisaient une conférence avec un invité prestigieux venu des quatre coins du monde. Tous les professeurs d'université en Belgique les connaissaient.”

Tristesse

C’est avec beaucoup de tristesse que notre interlocuteur a appris leur décès: “Je pense que tous ceux qui les ont côtoyés sont tristes. C’étaient des personnes humbles, enthousiastes, passionnées, gentilles, empathiques... Tout simplement humains. Ils étaient des humanistes.”

Désormais, Kevin Saladé espère que leur ASBL pourra continuer ses activités pour que leur mémoire reste bien vivace. En attendant, les funérailles se dérouleront ce jeudi 9 avril au funérarium de Gilly (Charleroi). Malheureusement, elles auront lieu dans la plus stricte intimité suite aux restrictions adoptées par le gouvernement fédéral pour combattre la propagation du coronavirus.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Grosse affluence à Knokke en ce week-end de Pentecôte: “Les gens ne respectent pas les règles”

    Grosse affluence à Knokke en ce week-end de Pentecôte: “Les gens ne respectent pas les règles”

    Les températures favorables attirent beaucoup de monde à la côte belge en ce week-end de Pentecôte. Selon le bourgmestre de Knokke-Heist, Léopold Lippens, les gens se sentent trop d’humeur à passer des vacances et ne se soucient pas assez des mesures sanitaires, s’est-il inquiété au micro de VTM nieuws. Une situation qui semble propre à Knokke-Heist puisque dans les autres villes côtières, c’est le calme plat.