Plein écran
Maxime Prévot, président du cdH. © Capture d'écran Bel RTL

Maxime Prévot accuse Georges-Louis Bouchez d’avoir torpillé l’arc-en-ciel

Le président du cdH Maxime Prévot ne croit pas à un scénario de formation d'un gouvernement fédéral avec la N-VA qui, du côté francophone ne semble séduire que le MR. Dans une telle hypothèse, il ne faudra pas compter sur son propre parti qui ne serait ni mathématiquement nécessaire ni politiquement utile car son projet est situé aux antipodes de celui de la formation nationaliste, a-t-il affirmé mercredi matin, interrogé par Bel RTL.

Pour M. Prévot, le Palais royal a voulu rebattre les cartes et ouvrir des perspectives en nommant les nouveaux présidents du CD&V et du MR Informateurs. Il compte lui-même se rendre à un rendez-vous "de quelqu'un qui est missionné par le Roi si on l'invite". "Nous allons voir s'ils ont ou non la capacité de s'affranchir de leur posture présidentielle des derniers jours" et montrent qu'ils sont pour une "solution pour tout le monde". 

Le “coup de coeur préférentiel” du MR pour la N-VA

Le président du cdH a dit avoir lui-même "peine à croire à un scénario avec la N-VA dans la mesure où dans l'espace francophone, seul le MR a des battements de cils pour aller avec eux". En substance, Maxime Prévot accuse le MR et son nouveau président Georges-Louis Bouchez d’avoir torpillé la piste d’une coalition arc-en-ciel. “Il m'est revenu d’une série d’échos de coulisses que le MR a eu un coup de coeur préférentiel pour essayer de tenter une configuration impliquant la N-VA plutôt que se tourner vers le cdH”, a soufflé le Namurois. 

Il est vrai que GLB n’a jamais caché sa préférence à inclure le premier parti du pays au sein du futur gouvernement fédéral. Et le MR, notamment la Première ministre Sophie Wilmès, considérait les notes de l’informateur Magnette “encore trop à gauche” au niveau socio-économique.

Pour le cdH, la N-VA, c'est toujours non

En tout cas, ne comptez pas sur le cdH pour monter dans un gouvernement avec la N-VA. A entendre son président, le cdH qui n'est déjà pas mathématiquement nécessaire dans un tel scénario "est aux antipodes des projets de la N-VA". Qui plus est, le président de la formation nationaliste "s'évertue manifestement à être un acteur des problèmes et pas de la solution", a ajouté Maxime Prévot.

  1. Un cas d'euthanasie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Les trois médecins accusés d'avoir empoisonné une femme de 38 ans qui avait sollicité l'euthanasie en 2010 n'ont pas respecté les conditions et la procédure de la loi sur l'euthanasie, a fait savoir le représentant du ministère public dans son acte d'accusation. Le médecin qui a effectué l'euthanasie n'a pas agi dans les règles et les deux autres n'étaient pas indépendants à l'égard de la patiente, a-t-il expliqué vendredi devant la cour d'assises de Flandre orientale.
  2. Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000
    Mise à jour

    Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000

    Le salaire de Stéphane Moreau, ex-administrateur délégué de Nethys, filiale de l’intercommunale Enodia, est garanti pour 250.000 euros, tandis que sa défense en justice l’est à hauteur d’un million d’euros, selon les termes d’un contrat d’assurance dont il bénéficie, rapporte vendredi la RTBF. Celui-ci couvre “les administrateurs et dirigeants passés, actuels et futurs d’Enodia” et a été souscrit le 18 juillet 2017.