Plein écran
© DR

Meurtre à Knokke: "Elle était déjà morte quand je l'ai attrapée"

Video157 jours après le meurtre de Sofie Muylle à Knokke, un suspect a été arrêté en Roumanie. Lors de sa première audition avec la police de son pays, Alexandru C. a nié être l'auteur du crime. Mais les analyses indiquent avec la quasi certitude qu'il a croisé la route de la victime. "Le premier test-ADN l'a confondu à 99%", a indiqué une source au journal Het Laatste Nieuws.

Plein écran
© rv
Citation

Si je ne me rends pas à la police, c'est parce que je parle seulement le roumain

Alexandru C. à ses proches

L'homme à la veste bleue a donc enfin un nom. Arrêté en Roumanie à la demande des enquêteurs brugeois, Alexandru C. a déjà pu donner sa version des faits aux policiers de son pays. Il a reconnu avoir été présent à Knokke en janvier mais nie être l'auteur du crime. "Cette fameuse nuit du 21 au 22 janvier, j'étais effectivement sur la plage", a-t-il confié d'après Het Laatste Nieuws. "J'ai vu cette fille allongée sur la plage et je pensais qu'elle avait trop bu. En fait, j'ai voulu voler son collier. Mais quand je l'ai attrapée, elle était déjà morte".

Alexandru C. affirme qu'il a pris peur et s'est enfui. Mais les caméras de surveillance l'ont filmé à plusieurs reprises, sur une période de sept heures après les faits, sur la plage et la digue. "Je voulais savoir ce qui lui était arrivé", se justifie-t-il. Les enquêteurs privilégient la piste d'un vol qui a mal tourné. Sofie se serait mise à crier, ce qui aurait conduit Alexandru à enfoncer son visage dans le sable pour l'étouffer.

Des étranges confidences
L'arrestation du jeune homme semble s'être déroulée dans le calme, à en croire ses proches. Son frère a ainsi raconté dans la presse flamande que c'est le père d'Alexandru C. qui a lui même conduit son fils au commissariat. Il avait été convoqué pour y signer un document. "Mais il a subitement été arrêté et depuis, nous ne lui avons plus parlé", raconte le frère du suspect. "Officiellement, nous ne sommes au courant de rien. Mais nous avons visionné depuis les images de vidéosurveillance. La veste d'Alexandru a un emblème rouge sur la manche alors que l'auteur porte une veste avec un logo blanc. Cela fait quand même une grosse différence non? En plus, il n'a rien laissé transparaître ces dernières semaines et ces derniers mois. Ici, tout le monde croit à son innocence".

Pourtant, Alexandru C. avait déjà fait quelques drôles de confidences à certains proches. "Je reconnais que j'ai vu cette femme sur la plage, mais je n'ai rien à voir avec sa mort. Si je ne me rends pas à la police, c'est parce que je parle seulement le roumain".

Peu après la diffusion de l'appel à témoins dans l'émission "Faroek", C. a subitement disparu de la circulation alors qu'il était resté à Knokke plusieurs semaines après le crime. "Il est parti à la hâte", raconte une amie dans HLN. "Tout d'un coup, il devait apporter une voiture à son frère en Roumanie. Ensuite, je n'ai plus entendu parler de lui".

"Oui il porte une veste bleue. Et alors?"
Avec ses premières déclarations, les images de vidéosurveillance, ses données GSM localisées dans la zone du meurtre et ses photos sur Facebook, les enquêteurs ont en tout cas assez d'éléments pour le cuisiner. "En plus, une premier test-ADN a confirmé à 99% qu'on tient le bon suspect", confie une source à HLN. Des analyses définitives devront encore avoir lieu.

Pour sa famille, interrogée dans Het Nieuwsblad, ce ne sont pas les preuves d'un crime. "Même si ADN est retrouvé sur le corps de la victime, il doit avoir une bonne explication. Et ce n'est pas parce qu'Alexandru porte une veste bleue et qu'il habite dans le quartier qu'il a commis un meurtre".

Bekijk meer video's van vtmnieuws op nieuws.vtm.be