Plein écran
© belga

Meurtre de l'oncle de Jacqueline Galant: les auteurs condamnés à la perpétuité

La cour d'assises du Hainaut a prononcé, mardi, une peine de réclusion criminelle à perpétuité contre Eric Van Hoe et Gabriel Place, ne leur reconnaissant aucune circonstance atténuante. La cour a en revanche reconnu des circonstances atténuantes pour Geoffrey Simoncini et l'a condamné à une peine de vingt ans de réclusion criminelle. Les trois hommes ont été reconnus coupables d'un vol avec violence et circonstances aggravantes de torture et de meurtre.

Plein écran
Jacqueline Galant, ex-ministre fédérale de la Mobilité et actuelle bourgmestre de Jurbise © belga
Plein écran
Gabriel Place © belga
Plein écran
© belga
Plein écran
Eric Van Hoe © belga
Plein écran
Geoffrey Simoncini © belga
Plein écran
© belga

Les faits ont été commis le 25 novembre à Jurbise. Michel Robette (83 ans) avait été torturé et tué chez lui par les trois hommes. 

Geoffrey Simoncini et Gabriel Place avaient aussi commis des vols dans la région de Mons et Jurbise, au préjudice de personnes âgées, dans les jours qui ont précédé le drame. 

Rappel des faits
Le 25 novembre 2016, le trio s'est rendu chez Michel Robette à Jurbise. Geoffrey Simoncini avait informé son copain Gabriel Place qu'il y avait un coup à "quatre millions" à faire chez l'oncle de la bourgmestre, Jacqueline Galant. Ils ont pris le train à la gare de Mons, ont bu des canettes dans le train et sont arrivés à Jurbise. Eric Van Hoe prétend qu'il a attendu les deux autres près d'un cheval de bois durant plus de trois heures. Il soutient qu'il ne s'était jamais rendu chez la victime.

Trahi par ses empreintes
Mais il a été trahi par ses empreintes laissées sur une bouteille de bière, retrouvée brisée près de la victime. Il y avait une autre bouteille, bue par Simoncini, et un carton vide dans la buanderie. Quatre dernières bouteilles ont été placées dans la voiture de Michel Robette, laquelle a été emportée par les voleurs et retrouvée près du squat de Van Hoe. 

Accusations mutuelles
Lors du procès, Simoncini et Place se sont accusés mutuellement d'avoir porté des coups à la victime, en insistant sur le fait que c'est Van Hoe qui s'était montré le plus violent car Michel Robette, qui circulait à l'aide d'une tribune, refusait de dire où il cachait son magot. 

Ils ont tous frappé Michel
Pour les jurés, les trois étaient présents chez la victime et ils ont tous frappé Michel Robette. Sur le plan de la culpabilité, ils sont au même niveau. Mais s'agissant de la peine, la cour considère que seul Geoffrey Simoncini a une réelle possibilité de réinsertion dans la société compte tenu des remords qu'il a exprimés durant le procès.

Plein écran
© belga