Meurtre de Valentin: "J'aurais dû le protéger", affirme l'un de ses bourreaux

VideoDorian Daniels, 22 ans, a affirmé mercredi devant la cour d'assises de Liège qu'il regrettait de ne pas avoir protégé Valentin, "quitte à ramasser des coups" et qu'il l'aurait fait s'il avait eu "plus de couilles". Le jeune homme est le seul des cinq accusés à s'être rendu à la police, trois semaines après les faits.

"Un moment, Belinda m'a dit que je devais partir parce que ça allait mal finir. Je ne sais pas pourquoi je suis resté, je me le demande encore aujourd'hui", a poursuivi l'accusé. Ce dernier ajoute avoir demandé à Belinda en cours de soirée d'intervenir auprès d'Alexandre pour lui demander d'arrêter.

Sort de Valentin
Dorian Daniels explique qu'à partir de la scène où Valentin a été attaché à une barrière et roué de coups, "il ne s'amusait plus". Il indique encore ne pas avoir participé à une discussion dans l'appartement au sujet de ce qu'ils allaient faire de Valentin car il était aux toilettes mais il voulait qu'on le laisse en vie. Pour lui, Loïck aurait dit que la meilleure chose à faire était de le jeter à l'eau, tandis que Belinda était "pour et contre". Killian ne voulait pas non plus qu'on le tue.

"J'ai entendu le plouf"
Lorsque le groupe s'est retrouvé près de l'eau, Alexandre a dit trois fois "viens" à Belinda, dont "la troisième fois sur le ton d'un ordre". Belinda s'est, selon lui, avancée avec Alexandre mais restait légèrement en arrière. "J'ai vu les bras d'Alexandre comme pour le pousser et j'ai tourné la tête. J'ai entendu le plouf", a-t-il raconté. Le drap du clic-clac de l'appartement, taché du sang de la victime, a ensuite été jeté à l'eau.

"Je n'ai pensé qu'à moi"
Tous sont rentrés à l'appartement et Dorian est parti chez lui. "Quand je suis rentré, j'ai réalisé ce qui allait se passer par après. Je n'ai pas été tout de suite à la police, j'aurais peut-être dû. J'ai été égoïste, je n'ai pensé qu'à moi et je n'ai rien fait. Je regrette de ne pas l'avoir protégé ou défendu. J'ai gardé ça pour moi pendant trois semaines, à faire des cauchemars, revoir toutes ces scènes. Je n'arrivais plus à dormir, je n'étais plus le même, ce n'était pas moi", a poursuivi l'accusé.

A la suite des faits, Dorian Daniels avait partagé sur Facebook les avis de recherche publiés par la famille afin de retrouver Valentin. "Je ne sais pas ce qui m'a pris", a-t-il conclu.