Plein écran
© belga

Mini-Europe à Liège?

Le député wallon et conseiller communal liégeois Michel de Lamotte (cdH) a indiqué qu'il interpellerait le conseil communal, lundi soir en demandant à la Cité ardente de se porter à l'accueil de Mini-Europe.

"La relance de Liège passe par le tourisme et la culture. Pourquoi ne pas essayer d'obtenir que Mini-Europe s'installe à Coronmeuse? ", a indiqué M. de Lamotte.

Liège ne dispose d'aucun parc de loisirs, alors que la direction de Mini-Europe - qui rassemble quelque 350 monuments et animations miniatures - a annoncé le 5 mars que le parc serait démantelé d'ici au 31 décembre, tout comme le parc aquatique Océade, également situé sur le plateau du Heysel.

"C'est donc l'occasion d'accueillir une attraction éducative et de développer un produit d'appel touristique. Le site attire 340.000 visiteurs par an", a ajouté M. de Lamotte.

Mini-Europe fermera ses portes le 31 août, faute de pouvoir y prolonger son bail d'exploitation. La société propriétaire du parc est à la recherche d'un nouveau lieu, certaines villes se sont déjà portées candidates.

Selon le conseiller communal liégeois, le quartier de Coronmeuse, qui avait été choisi pour organiser Liège 2017, est en attente de reconversion et devrait être connecté au tram d'ici quelques années. Un projet d'éco-quartier y est à l'étude.

"Liège se trouve à la croisée des chemins, au coeur de l'Euregio. Accueillir Mini-Europe permettrait d'attirer de nombreux touristes tout en générant des rentrées financières et en créant de l'emploi", a fait valoir M. de Lamotte.

La question sera débattue lundi soir au conseil communal.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.