Plein écran
Le palais de justice de Bruxelles. © photo_news

Miracle: les plans du palais de justice de Bruxelles retrouvés... par des étudiants

On les croyait pourtant perdus à jamais depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le palais de justice de Bruxelles sans échafaudages, c’est une image que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître, ou du moins s’en souvenir. L’imposant édifice imaginé par l'architecte Joseph Poelaert, qui surplombe le bas de la ville, est dévisagé par cette structure métallique depuis... 1984. Pour beaucoup, cela symbolise le sous-financement de la justice belge.

Si les fonds nécessaires à la rénovation du bâtiment construit entre 1866 et 1883 ont finalement été débloqués, il fallait encore retrouver ses plans d’origine, que l’on croyait perdus depuis la Seconde Guerre mondiale. D’après la légende, les plans auraient brûlé en 1944 lorsque les Allemands ont mis feu au dôme. Mais contre toute attente, ceux-ci ont été retrouvés il y a trois mois après plusieurs années de recherches infructueuses.

Les plans retrouvés par... des étudiants

On doit cette découverte inespérée à six étudiants de l’ULB qui réalisaient un TFE sur l’édifice bruxellois. En rassemblant énormément d’informations, les étudiants sont tombés sur les plans originaux du palais qui étaient en fait revenus aux Archives générales du royaume, rapportait Le Soir ce lundi.

Une trouvaille ô combien précieuse puisque le palais de justice est en cours de rénovation et les échafaudages seront -enfin- retirés dans quelques années. La fin du chantier est quant à elle programmée pour 2036, comme l’avait annoncé l’ancien ministre de l’Intérieur Jan Jambon, en charge de la Régie des bâtiments.

Plein écran
Le palais de justice de Bruxelles sans échafaudages, c’est une image que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître, ou du moins s’en souvenir. © Photonews
Plein écran
Les couloirs du palais de Justice de Bruxelles. © photo_news
Plein écran
© photo_news
  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.