Plein écran
© BELGA

Mort d’un festivalier à Tomorrowland: la drogue probablement à l’origine du décès

Mise à jourIl est très probable que la mort d’un homme de 27 ans qui avait fait un malaise vendredi soir à Tomorrowland soit liée à la consommation de drogue, ressort-il de l’autopsie pratiquée sur son corps. 

C’est ce qu’indique dimanche le parquet d’Anvers. Une enquête a été ouverte pour trafic de stupéfiants ayant entraîné la mort.

Vendredi soir, un Indien de 27 ans s’est senti mal alors qu’il se trouvait devant la scène principale du festival Tomorowland, à Boom. Il est mort plus tard dans la soirée à l’hôpital universitaire d’Anvers.

Une autopsie sur le corps du jeune homme a été réalisée à la demande du juge d’instruction. “Les premières conclusions de la police et du médecin légiste montrent de sérieuses indications d’un décès lié à la drogue”, précise le parquet. “Des recherches toxicologiques approfondies devront apporter une réponse définitive.”    

Une enquête a été ouverte pour des faits de trafic de stupéfiants ayant entraîné la mort. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.