Muriel Targnion quitte son poste d’administratrice d’Enodia

C’était pressenti, certains partis comme le PTB ou Ecolo avaient réclamé sa démission. Elle l’a fait. Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers, a annoncé, ce lundi soir lors d’une réunion privée précédant le conseil communal, qu’elle quittait définitivement l’intercommunale Enodia.

Plein écran
Illustration. © Photo News

Après avoir quitté son poste à la présidence d’Enodia, tout en conservant un poste d’administratrice, Muriel Targnion a finalement décidé de quitter totalement l’intercommunale. Une réponse aux demandes de l’opposition de la voir partir d’Enodia ? Une réaction suite aux perquisitions ordonnées par la justice, vendredi dernier, notamment au domicile de l’intéressée ? Certainement.

Selon nos confrères de La Meuse, la bourgmestre de Verviers a expliqué qu’elle avait vécu cela “comme un viol de sa vie et de son intimité”. Elle a toutefois très bien compris pourquoi elle avait été visée, étant l’ancienne présidente de l’intercommunale. Elle se défend toutefois en soulignant que ces perquisitions à son domicile ne signifiaient pas qu’il y avait eu une infraction de sa part. La bourgmestre de Verviers n’a pas voulu faire plus de commentaires sur sa décision et a annoncé qu’elle ne voulait plus, à l’avenir, s’exprimer au sujet du dossier Enodia-Nethys.

La démission de Muriel Targnion comme administratrice a été bien accueillie, notamment par l’humaniste Marc Elsen, pour qui ce retrait “permettra à Muriel Targion de se concentrer aujourd’hui sur les défis verviétois.”

Sa démission devrait être effective lors de la prochaine assemblée générale d’Enodia. “J’aurais voulu pouvoir démissionner aujourd’hui. Mais on n’a pas encore trouvé quelqu’un pour me remplacer à la présidence. Il faut dire qu’on ne se bat pas vraiment pour ce poste”, a commenté Muriel Targnion.