Nathan Duponcheel
Plein écran
Nathan Duponcheel © BELGA

Nathan Duponcheel condamné à 20 ans de prison pour l’assassinat d'Alfred Gadenne

Mise à jourLa cour d’assises du Hainaut a prononcé, vendredi, une peine de 20 ans de prison contre Nathan Duponcheel, reconnu coupable d’avoir assassiné le bourgmestre de Mouscron, Alfred Gadenne, le 11 septembre 2017.La cour a retenu comme circonstances atténuantes le jeune âge de l’assassin, 20 ans, mais aussi le stress post-traumatique qu’il a subi après le suicide de son père.

“Nous acceptons la peine et nous espérons qu’il prendra conscience des faits horribles, ignobles, qu’il a commis”, a déclaré la veuve du bourgmestre de Mouscron.

Le 11 septembre 2017, peu après 20h, la nouvelle était annoncée dans les médias locaux: Alfred Gadenne, le bourgmestre depuis 2006, venait d’être égorgé dans le cimetière de Luingne, situé en face de chez lui.

À Mouscron, Alfred Gadenne n’était pas n’importe qui. Echevin durant 24 ans, le champion des voix de préférence avait profité d’un changement législatif pour prendre le siège de bourgmestre au tout-puissant Jean-Pierre Detremmerie. À Mouscron, ce n’était jamais M. le bourgmestre mais tout simplement Alfred, un homme simple, proche des gens, généreux, discret, parfois maladroit, un homme qui ne laissait personne de côté.

Alfred Gadenne était aussi le seul bourgmestre de Belgique à être le concierge du cimetière de son village, situé en face de son habitation. Chaque matin, il allait ouvrir les grilles. Chaque soir, il allait les refermer.

Depuis un peu plus de deux ans, Nathan Duponcheel, 20 ans, en voulait au bourgmestre. Il s’était convaincu que celui-ci était le responsable du premier grand drame de sa vie, la mort de son père Olivier.

Rappel des faits

Olivier Duponcheel était employée chez Belgacom. Lors d’une première restructuration au sein de l’entreprise de téléphonie, au début des années 2000, il avait été transféré au SPF Intérieur. En 2004, celui-ci l’a mis à disposition de la Ville de Mouscron. Olivier a été engagé au service “population”, où il était chargé de délivrer les nouvelles cartes d’identité électroniques. Les premiers nuages sont apparus en 2009. Visiblement, il était au coeur d’un litige entre deux chefs au sein de l’administration. Certains rapports étaient négatifs mais aucune mesure disciplinaire n’avait été prise. En 2014, le collège communal décidait de mettre fin à sa mise à disposition.

Le 14 février 2015, Olivier Duponcheel a mis fin à ses jours. C’est Nathan, son deuxième fils, qui l’a découvert, pendu au bout d’une corde. Alors que ses deux frères faisaient l’objet d’un accompagnement psychologique, Nathan a refusé d’être suivi. Il s’est isolé, il ruminait. Selon lui, un homme était responsable de ce drame: Alfred Gadenne. Il estimait que le bourgmestre n’avait rien fait pour aider son père et devait payer.

D’avril à septembre, Nathan a eu un comportement bizarre. Il a fugué, il a envoyé des SMS inquiétants à ses amis, annonçant qu’il allait s’en prendre à un homme, il s’est isolé et il a fait des recherches sur internet avec trois mots-clés: la vie carcérale en Belgique, les peines encourues en cas d’homicide volontaire et Alfred Gadenne.

En septembre, deux frustrations sont venues s’ajouter à sa colère. D’une part, il a été recalé de l’armée, son rêve professionnel s’écroule. D’autre part, celle qu’il aimait ne partageait pas ses sentiments. Le 11 septembre, il dit avoir fait le point sur sa vie. Estimant qu’il en était nulle part, il a mis en œuvre son projet criminel.

En soirée, il a attendu le bourgmestre durant plusieurs heures dans le cimetière. Il avait emporté un sac à dos contenant quatre cutters qu’il avait achetés plus tôt. Quand le bourgmestre est arrivé, il a prétexté un problème sur la tombe de son père. Alors que le bourgmestre lui tournait le dos, il l’a égorgé. 

  1. Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

    Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.