Plein écran
Muriel Targnion, présidente du conseil d'administration d'Enodia, maison-mère de Nethys. © Capture d'écran Bel RTL

Nethys: Ecolo veut que Muriel Targnion démissionne d’Enodia

Mise à jourLes ventes de Voo, Win et Elicio, filiales de Nethys, ont bel et bien été réalisées et leur annulation entraînera des actions en justice, a averti jeudi Muriel Targnion, présidente du conseil d'administration d'Enodia, maison-mère de Nethys, sur les ondes de Bel-RTL. Parallèlement, Ecolo a annoncé son intention de demander sa démission. 

Dimanche, le gouvernement wallon a annoncé qu'il avait pris trois arrêtés cassant les ventes, par Nethys, des parts de cette dernière dans le câblodistributeur Voo, la société d'énergie éolienne Elicio et la firme de services informatiques Win.

"Le ministre (des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne) a annulé l'acte administratif pris par le conseil d'administration de Nethys mais les ventes sont bien réalisées et si on veut les annuler, on devra aller en justice et on aura un chaos judiciaire", a déclaré Mme Targnion, également bourgmestre PS de Verviers.

“Pas de conflit d’intérêts”

Enodia se fonde sur un rapport demandé à un cabinet d'avocats et à un bureau de réviseurs d'entreprises avant la décision de dimanche. Il en ressort que les ventes ne sont pas entachées par un conflit d'intérêts et se sont faites "à la bonne valeur". "J'en ai l'intime conviction", a ajouté Mme Targnion.

La présidente d'Enodia a également confirmé que l'indemnité de départ des membres du comité de direction de Nethys (Stéphane Moreau, Pol Heyse, Jos Donvil, Bénédicte Bayer et Frederic Vandeschoor) tournerait autour des 500.000 euros, conformément aux décrets wallons. 

“Aucune faute grave”

"Il n'y a aucune faute grave qui a pu être relevée jusqu'à présent", a souligné Mme Targnion, précisant que le CA de Nethys avait salué le travail fourni par la direction. 

En 15 ans, le nombre de personnes employées par cette structure d'origine intercommunale est passé de 1.000 à 3.000 et sa valeur d'un milliard d'euros a été triplée, a-t-elle expliqué.

Le dossier Nethys est au centre d'une controverse politique et médiatique depuis plusieurs années, donnant parfois l'impression d'une région liégeoise en conflit avec le reste de la Wallonie. Il y a une "incompréhension", estime la bourgmestre de Verviers. 

Ecolo exige sa démission

Le conseil d’administration d’Enodia, qui doit débuter ce jeudi à 15h, risque à nouveau d’être explosif. Les deux administrateurs Ecolo de l’intercommunale, Muriel Geerkens et Julien Vandeburie, comptent en effet y réclamer le remplacement de la présidente du CA, la socialiste Muriel Targnion qui redeviendrait dès lors simple administratrice, rapporte La Libre. Le PTB, lui, demandera carrément sa démission “avec effet immédiat”.

“Elle n’a plus rien à faire à la tête d’Enodia”

“En protégeant Stéphane Moreau comme elle le fait, en refusant de s’accorder sur l’illégalité et l’annulation des ventes et en empêchant la transparence, Muriel Targnion n’a plus aucune légitimité pour présider l’intercommunale Enodia”, a ainsi expliqué Damien Robert, administrateur de l’intercommunale pour le PTB.

“Elle n’a plus rien à faire à la tête d’Enodia. Ses positions démontrent qu’elle soutient complètement la stratégie de la mafia Nethys”, a renchéri le porte-parole du parti, Germain Mugemangango. “Nous voulons un conseil d’administration qui s’oppose à la privatisation de joyaux publics et qui vire Moreau et consorts sans indemnités”, a-t-il poursuivi.

Ecolo ne compte que 2 sièges, le PTB 1

Reste que pour parvenir à leurs fins, Ecolo - qui ne compte que 2 sièges sur 12 au CA d’Enodia - et le PTB, qui ne dispose que d’un siège, devront rallier à leur cause d’autres administrateurs, du MR mais aussi du PS, le parti de Muriel Targnion où elle ne fait toutefois pas l’unanimité. De vives tensions sont ainsi apparues, mercredi soir, le plateau de l’émission de la RTBF “A votre avis”, entre la présidente d’Enodia et Christophe Lacroix, le bourgmestre socialiste de Wanze. Défendant la position du gouvernement wallon, et les décisions du ministre - socialiste lui aussi - des Pouvoirs locaux, ce dernier a notamment qualifié de “schizophrène” l’attitude de Muriel Targnion qui “d’un côté dit défendre les communes et la province, et de l’autre, défend le management”.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.