Nethys : Elicio pourrait être racheté par une alliance de coopératives citoyennes

Une alliance de coopératives citoyennes wallonnes actives dans les énergies renouvelables, dénommée Energies Coopératives, se positionne comme candidat acquéreur d'Elicio, filiale de Nethys. Il s'agit de reprendre le contrôle d'Elicio en devenant actionnaire de référence. Un appel à la mobilisation en faveur de cette initiative est lancé à la population, ont indiqué vendredi des représentants d'Energies Coopératives.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Photo News

C'est le scandale de la vente d'Elicio "en toute opacité" à un homme d'affaires liégeois, qui y a ensuite renoncé, qui a motivé plusieurs coopératives citoyennes wallonnes actives dans les énergies renouvelables, et membres de la fédération de coopératives citoyennes REScoop, à constituer une alliance dénommée Energies Coopératives. L'objectif est de reprendre le contrôle de cette filiale de Nethys, producteur d'énergie renouvelable (principalement éolien), en devenant actionnaire de référence. "Nous sommes convaincus qu'une reprise d'Elicio par des coopératives citoyennes est le meilleur outil pour assurer une participation citoyenne, éthique et transparente; pour conserver une maîtrise locale durable des pans stratégiques de notre économie; pour contribuer aux objectifs de transition économique et écologique de la Région wallonne", insistent les représentants d'Energies Coopératives.

Ceux-ci demandent à pouvoir accéder à toutes les informations relatives aux actifs de la société (data room) de manière à être en mesure de remettre une offre. Pour financer un rachat éventuel, Energies Coopératives précise pouvoir s'appuyer sur le réseau européen REScoop et sur son fonds "Mecise", qui a été mis en place pour financer à l'échelle européenne des projets d'énergie renouvelable et d'efficacité énergétique.

Appel à la population

"La participation citoyenne est très importante sachant que l'Etat a quelque peu perdu de sa légitimité. Il a besoin d'être accompagné de citoyens pour représenter l'intérêt général", estime Sybille Mertens, professeur à l'Université de Liège.

Afin de représenter un certain poids, Energies Coopératives lance un appel à la population en invitant un maximum de personnes à soutenir la démarche via le site Internet http://www.energies-cooperatives.be.

"S'il y a revente d'Elicio, on souhaite avoir les mêmes conditions que quelqu'un d'autre pour faire une offre. Et si Elicio n'est pas mise en vente, on demande à entrer dans le capital car l'apport citoyen peut constituer une aide importante aux pouvoirs publics pour plus de transparence", précise Fabienne Marchal, présidente de REScoop Wallonie.

Energies Coopératives se dit ouvert au dialogue avec des industriels qui souhaiteraient les rejoindre.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.