Nethys : pas d’indemnités pour Moreau et consorts

Alors que des perquisitions avaient lieu au siège d’Enodia/Nethys et aux domiciles de Stéphane Moreau et François Fornieri, le conseil d’administration de l’intercommunale s’est réuni à Liège, en fin de semaine. Il y a notamment été question de la rupture de contrat, sans indemnités, de l’ancien trio qui en était à la tête.

Plein écran
Illustration. © BELGA

Le nouveau trio composé de Laurent Levaux, Bernard Thiry et Jean-Pierre Hansen a pris une décision qui doit faire grincer des dents l’ancien comité de direction.

Dans un communiqué, la société a annoncé la nomination de Laurent Levaux en tant que président du Conseil et de Bernard Thiry comme vice-président. Elle indique aussi que Renaud Witmeur est choisi à la tête de la direction générale ad interim.

L’annonce la plus retentissante est sans nul doute la décision qui a été prise de “rompre avec effet immédiat et sans indemnité les contrats de Madame Bénédicte Bayer et de Messieurs Stéphane Moreau et Pol Heyse”.

Le CA a également mandaté un bureau de sélection spécialisé afin de renforcer ses effectifs.

Le comité de direction de Nethys était pointé du doigt depuis plus d’un mois pour ses opérations menées dans le cadre de la vente des filiales Voo, Elicio et Win. La semaine dernière, c’est la bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, qui démissionnait de la présidence d’Enodia. Proche de Stéphane Moreau, elle a défendu jusqu’au bout les décisions du management de Nethys, estimant notamment qu’aucune faute grave n’a été commise dans le cadre de la vente des trois filiales de l’entreprise.

Dans une réaction, le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) s’est réjoui de la décision du CA de Nethys “qui va dans le sens des recommandations de la commission Publifin et des actes posés par le gouvernement depuis trois semaines”.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.