Plein écran
© Bas Bogaerts

Non, le Vlaams Belang n'a pas fêté sa victoire par un salut nazi

VideoDes clichés pris par un photographe du Morgen laissaient supposer que des supporters du Vlaams Belang avaient fêté leur écrasante victoire électorale à Ninove par des saluts nazis. Plusieurs vidéos montrent cependant une version différente.

Sur les vidéos publiées par nos confrères de Het Laatste Nieuws, on aperçoit Guy D'haeseleer, la tête de liste du Vlaams Belang à Ninove, fêter sa victoire avec ses partisans dans la rue. Quelques supporters entonnent alors la chanson "Waar is da feestje", bien connue des fans des Diables rouges, en levant le bras. Guy D'haeseleer leur répond de la même façon.

Un peu plus tard, les partisans du VB se tournent vers les locaux de l'Open VLD à Ninove et chantent "Tout est fini", faisant sans doute allusion à la fin du cordon sanitaire qu'ils espèrent bien obtenir (mais qui, selon les récentes affirmations du président de la N-VA Bart De Wever, devrait bel et bien tenir).

Dans un entretien accordé à HLN, l'aspirant bourgmestre de Ninove a expliqué ce qu'il s'est passé ce dimanche soir. "Ils (les partisans) sont devant les bureaux de l'Open VLD Ninove à faire la fête, ce qui est normal quand tu décroches 40% des voix, et ils lancent "Il fait calme en face" (en faisant allusion à la défaite des libéraux flamands) en pointant du doigt", détaille Guy D'haeseleer. "Et c'est pile à ce moment que le photographe du Morgen prend ses photos, ce qui n'est évidemment pas un hasard", peste-t-il.

"Les néonazis n'ont pas leur place au Vlaams Belang"
"Leur bras levé désigne l'autre côté de la rue. Vous pouvez voir cela lors de n'importe quel match de foot", dit Guy D'haeseleer, faisant référence aux gestes commis par les supporters dans les stades. "Et maintenant, ce geste est présenté partout comme du néonazisme", fustige-t-il. 

Et Guy D'haeseleer réfute toute sympathie envers cette idéologie. "Je vais être très clair, je ne veux rien à voir à faire avec des gens qui se réfèrent au néonazisme ou à Hitler. Ils n'ont pas leur place au VB et certainement pas à Forza Ninove", conclut-il.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.