Plein écran
Julie Fernandez Fernandez, la nouvelle présidente d’Enodia. © photo_news

Nouveau scandale chez Nethys: Enodia ne se porte pas (encore) partie civile

Le conseil d'administration d'Enodia, la maison-mère de Nethys, s'est terminé jeudi soir vers 22h00, après près de 8 heures de réunion. Les indemnités accordées à l'ancien management ont été au cœur des discussions. L'intercommunale s'est également choisie une nouvelle présidente: Julie Fernandez Fernandez (PS).

"Nous avons eu la confirmation des montants" versés à l'ancien management de Nethys, a indiqué à sa sortie Damien Robert (PTB). Selon le rapport de Renaud Witmeur, le manager intérimaire envoyé chez Nethys, transmis mercredi au gouvernement wallon, quatre anciens managers de l'entreprise - Stéphane Moreau, Pol Heyse, Bénédicte Bayer et Diego Aquilina - se sont partagés 18,6 millions d'euros, des sommes versées en mai 2018 mais surtout le 9 octobre dernier, trois jours après que l'exécutif régional eut décidé d'annuler les ventes, par Nethys, de trois de ses filiales (Voo, Elicio et Win).

Le CA a décidé d'attendre un avis juridique afin de juger s'il est opportun de se joindre à l'action entamée par le gouvernement wallon, qui s'est constitué partie civile dans le dossier. Il a sollicité de Renaud Witmeur "que les conseils juridiques de Nethys, d'Enodia et de la Province de Liège puissent être mis en contact sans délai afin de poursuivre au plus vite la finalisation de l'examen des différentes indemnités versées aux anciens membres du management de la SA Nethys notamment", indique-t-il dans un communiqué envoyé à 22h00.

“Inacceptable”

"C'est un prétexte", a lâché, dégoûté, Damien Robert. "Il est évident qu'il y a eu un vol d'argent public, ce qui est inacceptable." L'administrateur représentant l'extrême gauche trouve ce refus "consternant alors qu'on doit représenter et défendre l'intérêt général".

"Il est évident qu'Enodia prendra toutes les dispositions utiles pour que toute somme qui aurait été perçue illégalement par les anciens membres du management de Nethys soit restituée à l'entité qui l'a versée, et ce par toute voie légale (action judiciaire, constitution de partie civile...)", précise toutefois le communiqué.

Enodia s'est également choisie une nouvelle présidente, dont le poste restait vacant depuis la démission de Muriel Targnion (PS) début octobre. C'est Julie Fernandez Fernandez qui remplira la fonction. L'échevine liégeoise a remporté les votes de tous les administrateurs sauf du PTB. Ce dernier s'est opposé à cette candidature "en l'absence d'une garantie que les filiales (de Nethys) restent dans le giron du public".
Le conseil d'administration a enfin licencié Bénédicte Bayer, directrice générale en titre d'Enodia, sans indemnités.

Le prochain CA d'Enodia se tiendra le 28 novembre à 14h00.

  1. Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    Un prof d’un athénée à Huy écarté après avoir posté une vidéo antisémite sur Facebook

    L'organisme Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s'est constitué partie civile dans le cadre d'une action pénale lancée à l'encontre de Talal Magri, professeur de religion islamique à l'Athénée Royal Agri Saint-Georges à Huy, a indiqué le porte-parole du cabinet de Frédéric Daerden, vice-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ministre de tutelle de WBE. Une procédure d’écartement a été prise à son encontre.
  2. Le massepain cuit, la spécialité bien liégeoise de la maison Jean-Marie

    Le massepain cuit, la spécialité bien liégeoise de la maison Jean-Ma­rie

    Les cadeaux, les mandarines, les fruits secs et les gougouilles (pour nos lecteurs non liégeois, ce terme signifie “friandises”). Voilà quelques éléments indissociables de la Saint-Nicolas. Une fête qui enchante bien sûr les plus petits, mais pas que. Les parents y trouvent aussi leur compte puisque c’est l’occasion de retomber en enfance en dégustant les sucreries de leur enfance, comme les guimauves chocolatées, les spéculoos et bien entendu le massepain.