Plein écran
Michelle Martin. © photo_news

Nouvelle plainte contre Michelle Martin

Une nouvelle plainte pour organisation frauduleuse d'insolvabilité a été déposée en septembre 2018 contre Michelle Martin par Jean Lambrecks, le père d'Eefje, a indiqué vendredi le parquet de Namur, confirmant une information de Sudpresse.

C'est le seconde fois que le père de la victime de Marc Dutroux se porte partie civile contre son Michelle Martin en l'accusant d'organisation d'insolvabilité. Une autre plainte avait été déposée en 2012 pour le même motif.

Travail illégal
Jean Lambrecks et son frère accusaient alors Michelle Martin d'avoir volontairement refusé l'héritage de sa mère en 2000 au profit de ses enfants, et ce afin d'échapper à toute saisie lors du procès Dutroux en 2004.

Mme Martin était aussi soupçonnée de travail illégal, les parties civiles estimant qu'elle avait été payée en noir au moment où elle travaillait au couvent de Malonne (Namur), juste après sa libération.

La justice namuroise avait finalement tranché le 7 mars, en prononçant respectivement une prescription et un non-lieu. Les parties civiles ont toutefois fait appel de ces décisions.

Michelle Martin accusée de ne pas chercher de travail?
Cette fois, c'est l'organisation frauduleuse d'insolvabilité qu'opérerait actuellement Michelle Martin qui est visée, a précisé vendredi le parquet.

En outre, elle pourrait être accusée de ne pas chercher de travail, mais cela n'est pas confirmé officiellement.

Cette nouvelle plainte devait initialement être jointe à la première, mais le ministère public a préféré la traiter séparément, tout en laissant le dossier aux mains du même juge.

L'instruction est en cours et aucune date de comparution n'a encore été annoncée.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.