Plein écran
© BELGA

Nouvelles actions spontanées chez Proximus

Mise à jourPlusieurs actions spontanées sont menées depuis jeudi matin par le personnel de l’opérateur télécom Proximus, alors que le climat reste tendu au sein de l’entreprise. Elles se concentrent essentiellement sur la Wallonie.

Les membres du personnel ont décidé de se croiser les bras à Charleroi, Namur, Liège, Libramont, Verviers et Saint-Vith mais aussi à Courtrai, nous revient-il.

Aucun appel n’a été lancé par les organisations syndicales, qui couvrent toutefois ces mouvements: “On comprend l’état d’esprit du personnel qui vit le départ annoncé de Dominique Leroy vers l’opérateur néerlandais KPN comme une trahison. Un coup de poignard dans le dos. Les employés estiment que la CEO n’a plus sa place à la tête de l’entreprise”.

“C’est le signal qu’il y a de l’inquiétude chez nos employés et on doit pouvoir y répondre”, a réagi de son côté la direction de Proximus. “Après plus de 8 mois de discussions intensives, il est clair que la direction a la ferme volonté de mener à bien les négociations et d’ainsi mettre un terme, le plus rapidement possible, à une longue période d’incertitude pour beaucoup d’employés”.

“Proximus souhaite parvenir rapidement à un accord et donner toutes les chances à la négociation. C’est la raison pour laquelle le Comité Exécutif supporte la proposition d’entamer une procédure de médiation sociale avec les organisations syndicales”, ajoute l’entreprise publique.

Les premiers contacts concernant la médiation sociale ont été pris. Il revient désormais au médiateur de définir les prochaines étapes. 

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.