Nuit de l’Obscurité : extinction des lumières en Province de Liège

Ce samedi, dans le cadre de la douzième Nuit de l’Obscurité, de nombreuses communes vont éteindre les lumières artificielles qui polluent le ciel belge. Un événement qui se déroule chaque année, le deuxième week-end d’octobre. En province de Liège, des balades et des observations de la faune et de la flore wallonnes sont organisées dès la tombée de la nuit.

Plein écran
Un village éclairé artificiellement. © Todd Carson
Plein écran
Un village après l'exctinction des lumières artificielles. © Todd Carson

Si l’on montre une photo du continent européen de nuit, pris depuis l’espace, il est aisé de retrouver la Belgique. En effet, avec une grande majorité de ses routes et autoroutes éclairées, le pays se distingue clairement. Particulièrement au milieu de pays où l’éclairage est utilisé avec parcimonie. La preuve avec ce cliché pris par le spationaute Thomas Pesquet, en 2017. “La Belgique se distingue comme toujours nettement”, commente-t-il sur Twitter.

On retrouve certes ces éclairages artificiels sur les routes, mais également dans les commerces, parfois éclairés alors qu’ils sont fermés, dans les industries et dans les quartiers résidentiels. Des lumières qui ont non seulement un coût énergétique, mais qui jouent un grand rôle dans la pollution lumineuse.  De fait, selon le dernier “Atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne”, publié en 2016, quelque 60% des Européens et 80% des habitants d’Amérique du Nord ne peuvent plus contempler la silhouette luminescente de notre galaxie. À l’échelon global, la Voie lactée n’est visible que pour un tiers de l’humanité.

Une pollution qui empêche nombre de citadins d’observer les étoiles. À la campagne, les habitants ont plus de chance, mais les conditions ne sont toutefois pas idéales non plus. Et puis, au-delà de cet aspect, les éclairages artificiels ont un impact sur les écosystèmes et sur notre santé. “La perte de notre biodiversité inquiète beaucoup de monde. Comment pourrait-il en être autrement sachant que, par exemple, 80% des insectes ont disparu ces 30 dernières années ? La pollution lumineuse s’inscrit dans la liste des atteintes à l’environnement et mériterait d’avoir un peu plus d’attention de notre part”, revendique Francis Venter, président de l’Association pour la Sauvegarde du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ASCEN).

Balades et observation de la nature

Pour contrer ce phénomène, des astronomes et naturalistes du nord de la frontière linguistique organisent, depuis 1995, la “Nacht van de Duisternis”. Depuis 2008, Wallons et Bruxellois ont rejoint le mouvement afin de sensibiliser le public et les politiques à cette problématique lors de la Nuit de l’Obscurité.

Plusieurs communes de la Province de Liège participeront, ce samedi 12 octobre, à cette nuit nationale sans éclairage artificiel. Du côté de Braives, un animateur de Natagora proposera un atelier pour apprendre à connaître les chauves-souris. À Spa, ce seront les rapaces qui seront au centre des attentions. Après une balade aux flambeaux,  des chouettes chevêches seront lâchées par l’asbl Le Martinet. D’autres balades du genre sont aussi prévues à Héron, Visé ou encore Fernelmont. Et bien sûr, qui dit absence d’éclairage, dit forcément observation des étoiles. Ce sera l’occasion de redécouvrir le ciel belge comme on a rarement l'occasion de le voir. Toutes les informations concernant cette nuit sur le site de l’asbl ASCEN.