Plein écran

Nul ne s'inquiète du vrai casier judiciaire des gardiens

L'administration des établissements pénitentiaires ne connaît pas le passé de ses gardiens de prison. Elle ignore du moins si ceux-ci ont été déjà condamnés à une peine de travail, indique Sophie De Wit (N-VA) dans De Zondag.
 
La parlementaire plaide pour que la direction pénitentiaire puisse examiner le casier judiciaire de son personnel dans son entièreté et ne doive pas seulement se contenter de l'extrait délivré par la commune qui ne reprend pas les peines de travail.
 
Récemment, un gardien de la prison de Mons, appelé en renfort à la prison de Saint-Gilles en raison d'une grève, a reconnu un gardien de la prison de Saint-Gilles comme un ancien détenu.
 
L'homme avait fait de la détention préventive avant de finalement écoper d'une peine de travail. Il a immédiatement été licencié, une fois les faits découverts.
 
Selon Sophie De Wit, ce cas représente un problème structurel qui persistera tant que les prisons ne seront pas autorisées à consulter le casier judiciaire dans son entièreté lors de recrutements. (belga)