Plein écran
Olivier Maingain. © BELGA

Olivier Maingain: “Toute alliance avec la N-VA serait préparer le pays au confédéralisme”

Le président de DéFI, Olivier Maingain, a adressé dimanche une mise en garde aux partis francophones qui seraient tentés de s'allier ou plutôt de reconduire une alliance avec la N-VA. Ils préparent le confédéralisme, voire le séparatisme, a-t-il assuré.

Selon M. Maingain, la N-VA ne se démarquera pas nettement du Vlaams Belang.

"Qui peut encore penser qu'une alliance avec un parti qui continue à flirter avec l'extrême-droite puisse être un parti crédible pour assumer des responsabilités à la tête de ce pays? Seuls ceux qui ont fait l'alliance avec lui au cours de la législature passée y pensent peut-être encore mais ce serait préparer le pays au confédéralisme, au séparatisme", a lancé M. Maingain devant les militants de son parti.

Le Vlaams Belang et le PTB sont parmi les gagnants des élections. M. Maingain voit des similitudes dans leur essor. "Les partis contestataires et les plus virulents contre les acquis de la démocratie sont les vainqueurs tant au nord qu'au sud du pays", a-t-il expliqué, sans toute fois assimiler les deux formations. Le PTB aurait profité de la "crainte sociale" tandis que le Vlaams Belang se fonde sur le rejet et le racisme.

Olivier Maingain salue la victoire d’Ecolo

Le président du parti amarante pointe du doigt la responsabilité du gouvernement Michel. "Ces succès-là sont à mettre au passif de la majorité sortante. Cette cassure de l'opinion publique en Belgique est le plus lourd passif du gouvernement Michel. C'est le plus lourd échec et cet échec est encore plus lourd qu'une réforme de l'Etat", a-t-il assuré.

"Nous serons, dans la mesure de nos forces, là où nous pourrons assumer des responsabilités", a encore dit M. Maingain avant de saluer la victoire d'Ecolo.

DéFI répondra à l'appel de "ceux qui veulent faire le choix de l'avenir" et "qui feront en sorte que les francophones seront davantage respectés dans notre pays". 

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
  1. Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

    Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.