Philippe Devos
Plein écran
Philippe Devos © ABSyM

“On vient de sauver la vie de 1.000 personnes”

Coronavirus“Cette mesure a sauvé la vie à 1.000 personnes”, a déclaré vendredi matin à l’antenne de Bel RTL le président de l’Association belge des syndicats médicaux (ABSyM), le Dr Philippe Devos, réagissant aux nouvelles mesures de restriction annoncées pour éviter la propagation du coronavirus, notamment celle concernant la fermeture des restaurants.

  1. Pour aller chez le coiffeur, prenez rendez-vous
    Coronavirus

    Pour aller chez le coiffeur, prenez ren­dez-vous

    Les salons de coiffure pourront aussi continuer à travailler, mais uniquement sur rendez-vous. Les friteries font partie des commerces qui pourront rester ouverts, du moins pour leur seule partie où la nourriture est immédiatement emportée. Les espaces où l'on peut rester pour manger devront fermer, a précisé vendredi la ministre de la Santé Maggie De Block sur Radio 1 (VRT). Dans les deux cas, le but est d'éviter que les clients ne se côtoient trop longtemps.
  1. À Bruxelles, les friteries restent ouvertes, le service en chambre des hôtels autorisé

    À Bruxelles, les friteries restent ouvertes, le service en chambre des hôtels autorisé

    Les bourgmestres des dix-neuf communes de la capitale mettront en oeuvre les mesures décidées jeudi soir lors du conseil national de sécurité. Réunis durant un peu plus d'une heure, à l'issue de celui-ci, au sein du conseil régional de sécurité présidé par le ministre-président régional Rudi Vervoort, ils se sont penchés sur une série de questions pratiques qui se posent dans la mise en oeuvre des mesures de restriction des rassemblements publics, sans remettre celles-ci en cause, a-t-on appris à l'issue de la réunion. Idem pour les restrictions d'accès aux écoles.
  2. Ruée sur les denrées non périssables: “On a de quoi nourrir tout le pays encore un an”

    Ruée sur les denrées non périssa­bles: “On a de quoi nourrir tout le pays encore un an”

    L’attitude de la population hier soir, alors que planait la “menace” et la rumeur de mesures fortes voire de confinement en dit long sur la panique des Belges. Les supermarchés ont parfois été pris d’assaut hier en fin de journée, et de longues files se constituaient aux abords des parkings des magasins. En cause, des messages largement diffusés et suggérant qu’il fallait faire des réserves alors que les stocks des magasins se vidaient. Totalement faux, selon le secteur et les autorités. “Faire le hamster n’est aucunement nécessaire. Il n'y aucun problème d’approvisionnement”, ont réagi les différentes chaînes de supermarchés. “Et les stocks seront achalandés chaque jour”.