Plein écran
© belga

Opération Calice: au tour des évêchés de Liège et Namur

Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

Des enquêteurs de la police judiciaire fédérale chargés de l'enquête dans le cadre de l'opération Calice sont arrivés au siège de l'Evêché de Liège mercredi vers 16H10.
 
Huit enquêteurs, qui circulent à bord de deux voitures, se sont tout d'abord arrêtés au palais de Justice de Liège avant de rejoindre l'Evêché. L'Evêque de Liège, Aloys Jousten, est présent sur les lieux.
 
Namur et Tournai avant Liège
Les enquêteurs chargés de l'enquête étaient arrivés à l'Evêché de Namur mercredi vers 11h15 pour quitter les lieux sans un mot trois heures plus tard. Certains enquêteurs seraient cependant restés sur place.

Une dizaine d'enquêteurs entourant le juge d'instruction Wim De Troy étaient arrivés à bord de plusieurs véhicules afin de mener là aussi des perquisitions relatives aux problèmes d'abus sexuels commis au sein de l'Eglise.
 
Documents sous le bras
Auparavant, les enquêteurs s'étaient rendus à Tournai où ils ont emporté des documents. Lundi et mardi le juge De Troy avait mené une série de perquisitions dans les différents sièges épiscopaux de Flandre.

(belga/acx)

Plein écran
© belga
  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.