Opération “clean up” pour rendre leur propreté aux rues du quartier Nord

La propreté est un véritable problème à Saint-Léonard. Une situation qui exaspère les riverains et les associations du quartier Nord, à Liège. Ce samedi 9 novembre, certains d’entre eux ont décidé de se réunir sur la place Vieille Montagne, pour une opération de nettoyage des rues.

Plein écran
Quentin reçoit régulièrement des photos de ce genre de la part de ses voisins. © D.R.

Quentin Le Bussy n’en peut plus. Tout comme lui, de nombreux riverains du quartier Saint-Léonard, dans la partie nord de la ville de Liège, veulent attirer l’attention des autorités publiques concernant l’état de propreté lamentable dans les rues. “Cela fait dix ans que je vis dans le quartier et j’ai vu l’état de salubrité se dégrader au fur et à mesure”, commente le conseiller Vert Ardent.

Une situation qui est connue des autorités communales, dont les équipes de propreté relèvent régulièrement les points noirs dans la ville. “Effectivement, le quartier Saint-Léonard est particulièrement concerné, notamment par le problème des dépôts sauvages au pied des corbeilles publiques ou des bulles à verre. Les citoyens ne respectent pas le règlement en la matière”, regrette Arnaud Lombardo, chef de cabinet de l’échevin de la Propreté, Gilles Foret. Des propos que rejoint Quentin, qui a effectivement constaté que des personnes déposaient régulièrement, et de manière clandestine, leurs encombrants dans les rue du quartier Nord. “Je pense que le problème est surtout lié au fait que le ramassage des grosses crasses ne se fait plus que tous les trois mois, contre tous les mois auparavant”, commente-t-il. Par ailleurs, après en avoir parlé avec des voisins, il révèle que certains de ces salisseurs urbains ne sont même pas issus du quartier. 

Plein écran
Une scène presque banale dans le quartier. © D.R.

Les riverains retroussent leurs manches

Pour stopper cette situation, Quentin organise une opération “clean up”, le samedi 9 novembre prochain. Une action pour laquelle il est rejoint par plusieurs associations, ainsi que par les scouts de la 19e Legia. “J’ai participé il y a peu à un clean up dans un quartier proche, durant lequel j’ai notamment rencontré certains animateurs de cette unité située rue Marengo. Après discussion, je me suis dit qu’il fallait faire la même chose à Saint-Léonard. Ils ont bien sûr décidé de me suivre dans cette démarche”, explique Quentin Le Bussy. 

Une initiative citoyenne qui a l’entier soutien de la Ville. Celle-ci a même proposé de ramasser les sacs dans lesquels les déchets auront été récoltés. Quentin a aussi contacté l’asbl Wallonie Plus Propre (Be WaPP), qui s’est engagée à distribuer des kits de nettoyage.

Le rendez-vous est donné sur la place Vieille Montagne, dès 14h, ce samedi 9 novembre. Une date qui n’a pas été choisie au hasard, puisqu’elle correspond au premier samedi qui suit la Saint-Léonard du 6 novembre. L’organisateur espère voir plus d'une cinquantaine de citoyens retrousser leurs manches pour la propreté dans le quartier Nord.

Retrouvez ici toute l’actualité dans la région de Liège.

La Ville veut conscientiser et réprimer

Pour endiguer le problème dans le quartier Saint-Léonard, notamment, les autorités communales veulent sensibiliser les citoyens. Et plus particulièrement les nouveaux habitants. “La situation est particulière dans le quartier Nord, puisqu'il y a un important turn over. Ces nouveaux habitants, s’ils ne viennent pas de la commune, ne sont parfois pas habitués aux règles en matière de propreté. En ce moment, nous réfléchissons à une “welcome pack” dans lequel leur seront, entre autres, expliqués les bons usages”, expose le cabinet de l’échevin de la Propreté.

Le problème serait lié à sentiment général d’impunité, selon le cabinet de monsieur Foret : “Les gens déposent leurs crasses là où il ne faut pas et, quelques heures plus tard, ces poubelles clandestines sont retirées par les services de propreté. Un choix assumé par la Ville qui préfère favoriser la salubrité publique et l’hygiène. Mais l’effet négatif, c’est que les personnes qui se comportent de la sorte finissent par penser que c’est normal et qu’il y aura toujours quelqu’un pour ramasser derrière. Ça ne va pas.”

Des salisseurs qui ne sont presque jamais inquiétés, puisque les services de propreté ne peuvent ni ouvrir les poubelles pour constater les infractions, ni interpeler ces personnes faisant preuve d’incivisme. Toutefois, la Ville assure être en train de travailler avec la police pour trouver un moyen de réprimer plus sévèrement ces comportements. 

Les personnes prises en flagrant délit s’exposent par ailleurs à une amende administrative.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  2. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.