Opération Strike: un employé de la DIV aurait “blanchi” des véhicules volés

Des perquisitions ont eu lieu dans la division Immatriculations des Véhicules (DIV) du SPF Mobilité, a confirmé le parquet fédéral à Belga. 

Plein écran
Cliché des précédentes saisies lors de l'opération Strike © Mozkito

Il s’agirait d’une étape de plus dans l’opération de police de grande envergure dénommée “Strike” et visant à mettre un terme aux activités frauduleuses de traficants de voitures qui auraient déjà fait 600 victimes en Belgique. Le modus operandi des escrocs était toujours le même: ils prétendaient vouloir racheter des voitures “de particulier à particulier” et effectuaient un virement devant les vendeurs. Mais ces paiements étaient faux et les voleurs repartaient avec les clés de voitures qu’ils n’avaient en réalité pas payées. Le véhicule acheté était ensuite rapidement exporté vers l’étranger.

“Ce n’est pas la DIV qui est visée mais une seule personne qui y travaille et qui pourrait avoir aidé à “blanchir” des véhicules”, a indiqué le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse. Des plaques d’immatriculation auraient été délivrées pour des voitures volées.

Derrière ce gigantesque trafic de voitures, se cache une organisation criminelle comptant des gens du voyage mais aussi des policiers, selon l’enquête. Un notaire a également été arrêté. Au total, ce sont 32 personnes qui sont sous mandat d’arrêt dans le cadre de cette opération.

Quelque 1.200 policiers ont été mobilisés le 7 mai dernier pour mener plus de 200 perquisitions en Belgique et en France. Il s’agit de la plus grande opération policière jamais organisée depuis 20 ans en Belgique. 

  1. Vingt-cinq ans de prison requis à l'encontre de Christian Van Eyken et sa compagne
    Mise à jour

    Vingt-cin­q ans de prison requis à l'encontre de Christian Van Eyken et sa compagne

    L’avocate générale Laure Wynants a requis, jeudi vers 14h30, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines de 25 ans de prison à l’encontre de Christian Van Eyken et de Sylvia B. Elle a considéré qu’il existait un faisceau d’indices graves, précis et concordants qui doivent conduire les juges à déclarer ce couple coupable d’avoir assassiné Marc Dellea, le premier mari de Sylvia B., le 8 juillet 2014 à Laeken.