Dr Steven Van Gucht
Plein écran
Dr Steven Van Gucht © Photo News

Oubliez la délivrance du 5 avril: les mesures prolongées au-delà des vacances de Pâques

Si vous espériez encore naïvement un retour à la vie normale le week-end prochain, trêve d’espérances: il est plus qu’évident que le Conseil national de Sécurité rallongera aujourd’hui les mesures de confinement d’au moins deux semaines, soit jusqu’à la fin des vacances de Pâques. Selon le virologue Steven Van Gucht, qui fait partie du conseil scientifique qui conseille le gouvernement, il ne faut même pas se faire d’illusions sur le reste du mois d’avril non plus.

Le CNS (la Première ministre, les ministres compétents, les ministres-présidents des Régions et Communautés ainsi que les représentants des instances publiques en charge de la crise) se penchera aujourd’hui sur une précision de la suite donnée aux mesures de confinement organisées depuis le 17 mars afin de combattre le virus Covid-19. Il se réunira vendredi à 14h sous la présidence de la Première ministre, Sophie Wilmès. Il prendra connaissance du rapport des experts du “risk management group”, évaluera les mesures déjà prises et le cas échéant en prendra de nouvelles. On le sait: écoles, commerces non-essentiels et horeca doivent rester portes closes jusqu’au 5 avril et le télétravail est obligatoire, mais il est désormais clair que les mesures seront prolongées au-delà de cette date. 

Pic pas encore atteint

Le pic de contaminations n’est pas encore atteint, ce qui justifie que le CNS adopte l’allongement du confinement, pour deux semaines pour l’instant (soit cinq au total), indiquent plusieurs sources. Selon le virologue Steven Van Gucht, il ne faut même pas espérer un assouplissement des mesures avant fin avril. 

“Une chose est certaine, nous allons devoir poursuivre les mesures actuelles. Le nombre de personnes hospitalisées augmente et on est loin du pic. Nous devons tout faire pour éviter que les hôpitaux soient saturés. Pour combien de temps? On verra en fonction de ce que les experts vont nous dire”, a expliqué le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, au micro de La Première. En choeur, les responsables politiques rappellent à la population l’importance de respecter les règles.

Pas de mesures plus strictes

Il ne faut donc pas fonder d’espoir sur les annonces du gouvernement Wilmès de ce vendredi, mais s’il faut trouver une bonne nouvelle: des mesures plus strictes ne seraient pas non plus (encore) à l’ordre du jour. Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur (CD&V) n’exclut cependant pas un durcissement des règles quant au rayon des sorties autorisées, et ce afin de simplifier le travail de la police. 

Mais que les joggeurs qui tournent en rond ne s’inquiètent pas: la Belgique n’imiterait pas la France et ses déplacements limités à un kilomètre. Plus question cependant d’enfourcher son vélo comme excuse afin de parcourir 50 kilomètres. Maggie De Block, elle, exhorte à ce que les mesures restent “vivables” pour la population. 

Préciser les emplois essentiels

Le CNS devrait surtout nuancer ses mesures et préciser, par exemple, quelles fonctions relèvent des emplois considérés essentiels. Enfin, la ministre de l'Économie Nathalie Muylle (CD&V) entend présenter un plan afin d’encourager la poursuite des activités professionnelles là où la distanciation sociale et la sécurité sont assurées. 

Interrogée jeudi à la Chambre, la Première ministre Sophie Wilmès a également indiqué qu’elle avait demandé aux partenaires sociaux de prendre langue avec le Centre de crise afin d’affiner la liste des secteurs d’activité essentiels où les règles sanitaires sont appliquées avec plus de souplesse.