Plein écran

Ouvrir le débat sur le célibat des prêtres et le rôle des femmes

Après que quelques évêques se sont prononcés pour une révision du principe du célibat des prêtres, c'est au tour de l'Interdiocesaan Pastoraal Beraad (IPB, Conseil pastoral interdiocésain, ndlr) d'estimer qu'il est temps d'ouvrir le débat sur le célibat des prêtres et le rôle des femmes au sein de l'Eglise, peut-on lire mercredi dans le quotidien flamand De Morgen.

Plein écran

Alors que l'Eglise est confrontée à un scandale de pédophilie sans précédent, plusieurs évêques, comme Jozef De Kesel (Bruges) et Johan Bonny (Anvers), se sont ouvertement exprimés en faveur de la suppression du caractère obligatoire du célibat des prêtres.
 
Les prêtres reçoivent à présent également l'appui de leur base, l'Interdiocesaan Pastoraal Beraad. Dans De Morgen, l'organe de concertation estime qu'il n'y a pas de lien direct entre les abus sexuels et le célibat de prêtres, mais pense que les temps sont mûrs pour une profonde réforme.
 
Donner une place aux femmes
"Les prêtres doivent, surtout en Europe occidentale, pouvoir choisir entre le célibat ou non", indique le président de l'IPB Josian Caproens, qui propose également d'adapter le statut de la femme. "La fonction de prêtre doit être reconsidérée dans sa totalité et il faut donner une place aux femmes".
 
Ne pas fuir les conflits
Mais selon l'IPB, il ne suffit pas de s'attaquer au célibat. L'organe de concertation profite de la crise que traverse l'Eglise pour remettre en question l'ensemble de la structure. "La communauté ecclésiastique doit communiquer de façon plus claire et transparente et ne pas fuir les conflits. Il faut un changement structurel", estime M. Caproens. (belga/7sur7)

  1. Images insoutenables de singes et de chiens dans un laboratoire, deux sociétés belges concernées

    Images insoutena­bles de singes et de chiens dans un laboratoi­re, deux sociétés belges concernées

    L'entreprise de biotechnologie gantoise Argenx a ouvert une enquête après une vidéo montrant notamment des singes et des chiens maltraités dans un laboratoire allemand qui effectue des tests sur des animaux. "Ces images sont effrayantes", a déclaré mercredi un porte-parole. Si la véracité des images venait à être attestée, le contrat avec ce laboratoire pourrait être rompu.