Plein écran
© BELGA

Parents et enfants couchés sur le bitume contre l'insécurité routière à Schaerbeek

Une centaine de parents et d'enfants se sont couchés jeudi matin pendant quelques minutes sur le bitume au coin de la rue Waelhem et de la chaussée d'Helmet à Schaerbeek. Réunis à l'appel du collectif 1030/0, ils ont protesté contre l'insécurité routière dans la commune et réclamé des aménagements routiers.

La semaine passée, à ce carrefour, une jeune fille a été fauchée par un chauffard alors qu'elle se rendait à l'école. Cet accident s'inscrit dans une série noire qui touche Schaerbeek depuis plus d'un an.

“Nous en avons marre de prendre des risques à traverser la rue à Schaerbeek”

Le quartier est classé en zone 30 mais les aménagements n'ont pas suivi, dénoncent les manifestants.
"Nous en avons marre de prendre des risques à traverser la rue à Schaerbeek. Nous sommes dans une zone où la vitesse est limitée à 30 km/h mais il n'y a pas assez d'aménagements qui poussent les automobilistes à rouler à cette vitesse. C'est le cas à ce carrefour comme ailleurs à Schaerbeek", a expliqué l'un des coordinateurs du collectif, Benoît Gérard.

Le collectif réclame des aménagements routiers qui soient désormais pensés en donnant la priorité à la sécurité routière sur les autres critères que sont, par exemple, la fluidité du trafic ou le confort de conduite, et en privilégiant les piétons et cyclistes, ainsi que la protection des usagers faibles (personnes âgées, enfants).

“On a créé une zone 30 mais on voit bien qu’il n’y a pas assez de résultats”

"C'est une question de volonté politique. Il faut dégager des budgets. Nous attendons des signaux forts de la Région et de la commune. Actuellement, c'est trop timide. On a créé une zone 30 mais on voit bien qu'il n'y a pas assez de résultats. La série d'accidents vient rappeler que ça va trop lentement", a souligné M. Gérard.

  1. Le patron de l'armée réclame 2,4 milliards d'euros supplémentaires d'ici 2024

    Le patron de l'armée réclame 2,4 milliards d'euros supplémen­tai­res d'ici 2024

    La Défense devra disposer de 2,4 milliards d'euros supplémentaires au cours de l'actuelle législature - soit d'ici 2024 - pour renouveler son matériel, assurer sa transformation et recruter quelque 10.000 nouveaux militaires en renforçant l'attractivité du métier des armes face à la concurrence du marché de l'emploi dans le secteur civil, a affirmé vendredi le "patron" de l'armée, le général Marc Compernol.