“Parti de pacotille”: les excuses de Bart De Wever

La fin de campagne a plutôt été électrique en Flandre. Avant un jogging matinal de 9 km, le président de la N-VA a émis au micro de la chaîne flamande vtm quelques regrets par rapport à certaines déclarations, notamment envers Groen et le Vlaams Belang.

Le président des nationalistes flamands Bart De Wever a voté dimanche à Deurne (Anvers), accompagné d’une présence massive de médias belges et internationaux. Le dirigeant de la N-VA a confié à son arrivée qu’il regrettait certaines déclarations qu’il a pu faire pendant la campagne, comme lorsqu’il a qualifié Groen de “prulpartij” (“parti de pacotille”).

Dans le débat des présidents samedi soir, De Wever a également qualifié Tom Van Grieken, leader du Vlaams Belang, de “clown” (“paljas”). “Des excuses ? Les regrets viennent toujours trop tard”, a réagi son opposant. Dries Van Langenhove, tête de liste VB en Brabant flamand, a également ironisé sur les réseaux sociaux.

Le bourgmestre d’Anvers a parlé du VB comme un “parti qui était comme ces personnes qui enroulent des crottes de chien dans les papiers journaux pour aller les déposer devant votre porte, sonner à la porte, puis s’enfuir vite fait avant que vous n’ouvriez”.

Bart De Wever attend également avec intérêt les résultats des votes de l’autre côté de la frontière linguistique. Si PS et Ecolo obtenaient une majorité, la solution sera le confédéralisme, estime-t-il. A l’heure d’écrire ces lignes, la N-VA serait quelque peu en baisse, au profit du… Vlaams Belang, qui réalise une énorme percée en Flandre.

Plein écran
Bart De Wever. © BELGA
  1. Vingt-cinq ans de prison requis à l'encontre de Christian Van Eyken et sa compagne
    Mise à jour

    Vingt-cin­q ans de prison requis à l'encontre de Christian Van Eyken et sa compagne

    L’avocate générale Laure Wynants a requis, jeudi vers 14h30, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, des peines de 25 ans de prison à l’encontre de Christian Van Eyken et de Sylvia B. Elle a considéré qu’il existait un faisceau d’indices graves, précis et concordants qui doivent conduire les juges à déclarer ce couple coupable d’avoir assassiné Marc Dellea, le premier mari de Sylvia B., le 8 juillet 2014 à Laeken.