Jean-Marc Nollet
Plein écran
Jean-Marc Nollet © belga

Pas de contrôle pesticide durant les mois d'hiver lors des quatre dernières années

Chaque premier trimestre des quatre dernières années, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) n'a pas cherché de traces de pesticides dans une série d'aliments, rapporte Le Soir jeudi, sur base d'un document du parti Ecolo à la Chambre. Le chef de groupe Jean-Marc Nollet estime que la Belgique est "une passoire" face à "cette absence systématique de contrôle 'pesticide' l'hiver".

Il apparait que durant les trois premiers mois de chacune des quatre dernières années, l'Afsca n'a effectué quasi aucun contrôle de traces de pesticides dans notre alimentation, sauf pour les produits d'origine animale. Mais presque rien pour les aliments pour bébé, les eaux, les produits transformés et surtout les fruits et légumes, selon des informations obtenues par M. Nollet dans le cadre d'une question parlementaire adressée au ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme (MR).

"Cette absence systématique de contrôle 'pesticide' l'hiver pose un énorme problème en termes de protection du consommateur et, potentiellement, de santé publique', déplore le député. "S'il y a des dépassements de limites maximales en résidus dans des produits importés uniquement en hiver, l'Afsca ne le détectera jamais".

Le ministre Ducarme observe toutefois que "l'Afsca n'effectue pas des contrôles systématiques, mais se prête plutôt à du monitoring, c'est-à-dire à des coups de sonde", et indique qu'en 2019 "le monitoring sera opéré sur l'ensemble de l'année".

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.