Plein écran
© belga

#pasdavionsdechasse: action de protestation le 20 décembre

La Coordination nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) a annoncé mercredi l'organisation le 20 décembre d'une action contre l'achat envisagé par le gouvernement Michel 1er de nouveaux avions chasseurs-bombardiers pour un montant qu'elle estime à six milliards d'euros.

"Six milliards d'euros pour des avions de chasse, alors que des coupes budgétaires sont annoncées dans l'enseignement, dans les soins de santé, dans la culture, etc. C'est absurde. Rejoignez l'action 6milliardsaufeu", a indiqué cette coordination pluraliste d'organisations de jeunesse et de mouvements d'éducation permanente progressistes francophones.

Cette action, prévue le 20 décembre, consistera à jeter six milliards (mais en faux billets) au feu "sur une place, une rue commerçante, dans votre jardin", précise la CNAPD dans un communiqué.

Les consignes données aux personnes intéressées sont d'imprimer les billets préparés par la CNAPD et de les distribuer aux participants et aux passants.

"Utilisez un barbecue ou un brasero pour y brûler les billets. Soyez prudents! Faites une photo ou une petite vidéo de votre action, postez là en utilisant #pasdavionsdechasse et envoyez-la à l'adresse pasdavionsdechasse@cnapd.be", ajoute le texte.

Pour la CNAPD, en choisissant d'investir dans le secteur militaire, l'État est défaillant vis-à-vis de la population belge. La coordination juge que l'achat d'une quarantaine de chasseurs-bombardiers est "le pire investissement possible si la Belgique veut réellement contribuer à la stabilité et à la paix dans le monde".

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.