Plein écran
© Instagram

Paul “Mag-Njiet” tire à boulets rouges sur le CD&V sur Instagram

Ca a chauffé entre le PS et le CD&V sur les réseaux sociaux.

Vendredi soir, Koen Geens a été déchargé de sa mission par le Roi, après les sorties de Paul Magnette dans différents médias pour réaffirmer l’impossibilité d’une coalition incluant PS et N-VA. Très remontée en raison des propos de Paul Magnette, Hilde Crevits, la vice-présidente CD&V du gouvernement flamand, n’a pas mâché ses mots sur Twitter: “La confiance qu’avait bâtie Koen Geens a été brisée aujourd’hui”, a-t-elle pesté, y joignant le hashtag (et jeu de mots) “Mag-Njet”.

Le président du PS n’a pas manqué de contre-attaquer en postant plusieurs mèmes et dessins de presse dans ses stories Instagram, avec pour cible première le CD&V.

On y voit notamment un cartoon où Magnette est représenté comme une poupée vaudou piquée d’aiguilles, sur un arrière-plan jaune, mais aussi une caricature du dessinateur duBus où l’on voit l’homme fort du PS se faire torturer, sous le regard malicieux de Bart De Wever. Sur le dernier même, on voit un homme, en l’occurrence le CD&V, qui tire sur Koen Geens. “Comment le PS peut-il nous infliger cela?”, s’interroge alors l’auteur du tir.

Plein écran
© RV
Plein écran
© RV

Bref, Paul Magnette tire à boulets rouges sur le CD&V, qui ne semble toujours pas prêt à se “déscotcher” de la N-VA pour former un gouvernement. Ce dimanche, Pierre-Yves Dermagne a expliqué sur le plateau de l’émission “C’est pas tous les jours dimanche” sur RTL que c’était le CD&V lui-même qui avait savonné la planche. Il a rappelé que le bureau du parti démocrate-chrétien avait limité la mission de Koen Geens à l’exploration de l’unique piste N-VA-PS. Il a également souligné la sortie de Pieter De Crem (CD&V), qui avait enterré la piste Vivaldi devant le Cercle de Lorraine. Il estime par ailleurs que le chargé de mission était avec les “pieds et poings liés”. “On a l’impression qu’un pacte a été conclu entre la N-VA et le CD&V”.

Koen Geens a réagi à la polémique lors de l’émission “De Zevende Dag” sur la VRT. “Je ne suis pas en colère que l’on me tire dans le dos, tant qu’on ne me tire pas dans la tête parce qu’alors je serais mort. Cela ne me dérange pas personnellement, mais quiconque attaque mon parti me trouvera en travers de son chemin”.

Ambiance…

Magnette: “C’est totalement faux”

La démission précipitée vendredi soir du chargé de mission royale Koen Geens (CD&V) relève de sa propre décision, a affirmé dimanche le président du PS Paul Magnette, après que M. Geens lui eut reproché un “coup de sabot” manquant d’élégance. “C’est sa propre décision de démissionner car nous, nous étions prêts à tester d’autres formules. Manifestement, lui pas, sachant que le CD&V voulait d’une alliance PS-N-VA”, a indiqué le porte-parole du PS, Frédéric Masquelin, dans une réaction à Belga.

Le président du PS aurait “bondi” en entendant “les propos erronés” de M. Geens sur les plateaux télévisés. Réclamant du respect, le chrétien-démocrate flamand avait notamment affirmé que M. Magnette, durant sa mission royale d’information, ne l’avait invité que le 5 décembre, soit plus de six mois après les élections. “C’est totalement faux. Il y a eu des bilatérales avec le CD&V les 9 et 12 novembre. Une réunion le 15 novembre a été annulée en dernière minute vu l’absence déclarée de mandat de M. Geens. Une dernière réunion s’est tenue le 5 décembre. Il n’y a donc eu qu’une seule réunion en moins avec le CD&V par rapport aux autres partis.”

“Il n’y avait pas de texte d’accord”

Paul Magnette réfute également la proximité alléguée d’un accord et met au défi M. Geens de prouver le contraire. “Il n’y avait pas de texte d’accord, c’était une table des matières sans propositions concrètes. Si M. Geens prétend le contraire, qu’il publie ce texte.”

Une proposition budgétaire a en revanche bien été avancée. Mais par rapport au budget de la Suédoise pour le social, elle était d’un milliard d’euros en retrait, selon le PS. “Ce n’était donc pas une option: on refuse de faire payer la facture de la Suédoise par les citoyens. On veut une rupture par rapport à la politique d’austérité du gouvernement précédent”, expose le porte-parole.

Le PS, dont le bureau est maintenu lundi à 10h00 du matin, dit appeler “chacun à garder son calme et à tenter de trouver une solution pour sortir de la crise le plus rapidement possible”. “Nous sommes toujours prêts à tester d’autres formules que celle préconisée par M. Geens.”

Plein écran
© Photo News