Plein écran

Pédophilie: De Clerck veut une Commission interparlementaire

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck fera un nouveau point de la situation sur les suites qu'il convient d'apporter aux travaux de la Commission Adriaenssens qui s'est penchée sur les abus sexuels dans l'Eglise. Il s'exprimera jeudi à 14 heures 30 en Commission de la Justice du Sénat. Le ministre est favorable à l'installation d'une Commission mixte Chambre-Sénat éventuellement étendue aux parlements de Communauté, chargée d'examiner les améliorations à apporter en matière de justice.
 
"Oui, c'est le point de vue défendu par le CD&V et je le rappellerai jeudi. Nous voulons une Commission mixte, aussi avec les parlements communautaires", a-t-il indiqué mercredi.
 
Dépasser le cadre de l'Eglise
Alors que certains partis demandent l'organisation d'une Commission d'enquête parlementaire, le CD&V souhaite l'installation d'une Commission interparlementaire spéciale qui se pencherait sur la problématique des abus sexuels dans le cadre d'une relation d'autorité. Le cadre serait donc plus large que l'Eglise. Selon les voeux du CD&V, la Commission devrait se pencher sur les améliorations à apporter en matière de justice et d'assistance aux victimes.
 
La hiérarchie ecclésiastique se voit reprocher d'avoir fermé les yeux sur les abus sexuels mis au jour dans le rapport publié par la Commission Adriaenssens, une Commission privée qui a fonctionné en collaboration avec la justice. Vendredi dernier, en Commission Justice de la Chambre, Stefaan De Clerck a été pointé du doigt par de nombreux parlementaires qui lui ont reproché d'avoir été dans ce dossier, un ministre de l'Eglise plus qu'un ministre de la Justice. D'autres ont cependant eu l'impression que M. De Clerck n'a pas réellement eu l'occasion de s'exprimer à la Chambre. Jeudi, au Sénat, M. De Clerck s'expliquera avant le débat avec les parlementaires.
 
Un peu de calme
"Nous ne voulons pas recommencer la discussion qui s'est déroulée à la Chambre, nous n'exerçons pas de contrôle politique", a souligné mercredi Christine Defraigne, présidente de la Commission de la Justice de la Haute assemblée. "Mais les problèmes de société sont le coeur de cible du Sénat. Nous souhaitons organiser un débat dans le calme et la sérénité afin d'examiner quelles mesures pourront être prises, sur les plans technique et juridique", a-t-elle précisé.
 
Christine Defraigne a défendu auprès des présidents d'assemblée l'installation d'une Commission mixte Chambre-Sénat. (belga)

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.